Politique culturelle
Le cinéma remémore la Marche des Beurs

Le cinéma remémore la Marche des Beurs

21 novembre 2013 | PAR La Rédaction

Il y a trente ans, un groupe de jeunes traverse la France pour dénoncer le racisme et les inégalités sociales. Aujourd’hui, le film La marche leur rend hommage tandis que plusieurs cérémonies commémorent l’événement.

Initialement appelée « Marche pour l’égalité et contre le racisme » puis rebaptisée « Marche des Beurs » par les médias, cette marche s’est déroulée du 15 octobre au 3 décembre 1983. À sa source, des affrontements entre la police et les jeunes du quartier des Minguettes, dans la banlieue lyonnaise. Une quarantaine de militants décident alors de marcher de Marseille à Paris pour défendre deux revendications : la première est la création d’une carte de séjour de 10 ans, et la seconde, le droit de vote pour les étrangers. Les marcheurs ont réussi à interpeller l’opinion publique par leur action : à leur arrivée à Paris, le 3 décembre 1983, ils étaient au nombre de 100 000 et ont été reçus par François Mitterrand.

Trente ans après, le film La marche, réalisé par Nabil Ben Yadir, qui sortira en salles le 27 novembre, avec Djamel Debbouze et Charlotte Lebon, veut sortir cet événement majeur de l’oubli. Le film s’inspire largement des faits réels et se concentre sur les obstacles, les difficultés, mais aussi sur les rencontres, les petites et les grandes victoires de cette marche de plus de 1000 km. C’est l’action de Martin Luther King et le film  – sorti en 1983 –  de Richard Attenborough sur Gandhi qui auraient inspiré les marcheurs. Selon Nabil Ben Yadir, le cinéma était donc le support idéal pour retracer l’histoire de la Marche. Ce film-événement sort juste avant le 30ème anniversaire de la Marche des Beurs, le 3 décembre, date autour de laquelle seront mises en place de nombreuses actions commémoratives.

En effet, le film n’est pas le seul événement qui rend hommage à la Marche des Beurs. Le gouvernement a également débloqué environ 455 000 euros afin de financer 70 actions commémoratives. Le 11 octobre, le collectif ACLEFEU a lancé une « caravane de la mémoire » qui sillonne le pays pendant 2 mois et va à la rencontre des jeunes de cités afin de les pousser à s’impliquer davantage dans la vie politique, notamment en s’inscrivant sur les listes électorales. Le 15 octobre, c’est un Collectif national pour la célébration de la marche, soutenu par la gauche radicale et le mouvement écologiste, qui a organisé une série de rencontres. Une soirée de mobilisation « contre la haine » est organisée le 2 décembre par la ministre de la Culture Aurélie Filippetti au théâtre du Rond-Point à Paris. Une manifestation nationale pourrait également avoir lieu le 7 décembre, toujours à Paris.

Victoria Putz

Visuel : © photos officielles du film

[Live report] Metz à la Gaîté Lyrique : furieux et déchaîné
[Interview] Le réalisateur Alex Van Warmerdam nous parle du film « Borgman »
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *