Politique culturelle

Le cinéma parisien mythique « La Pagode » va bientôt fermer ses portes

Le cinéma parisien mythique « La Pagode » va bientôt fermer ses portes

06 novembre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

Le temple de la cinéphilie parisienne s’apprête à fermer définitivement ses portes. En cause ? Un  différend qui opposerait, depuis trois ans, l’exploitant Etoile Cinémas à la propriétaire des murs. 

La pagode est plus qu’un cinéma, c’est une icône, une institution pour tous les férus parisiens de cinéma. La nouvelle de la fermeture imminente du célèbre bâtiment a donc été loin de laisser de marbre notre jolie capitale. Suite à un différend qui oppose l’exploitant Etoile Cinémas à la propriétaire des murs, La Pagode fermera ses portes le 11 novembre 2015. Le gérant a alors annoncé : « Nous nous sommes battus juridiquement pendant trois ans contre la propriétaire qui souhaitait récupérer le cinéma. La décision est tombée le vendredi 30 octobre en appel, et elle nous est défavorable. (…) Nous sommes donc expulsés et dans l’obligation de quitter les lieux ». Il a ensuite ajouté :  » Nous avons la possibilité de nous pourvoir en cassation, mais nous avons décidé de ne pas le faire, et ce pour deux raisons, déclare au Film Français David Henochsberg, directeur général d’Étoile Cinémas. D’abord, le pourvoi en cassation n’est pas suspensif. Ensuite, cela prendrait encore plus de temps, alors que La Pagode a besoin d’être rapidement réhabilitée ».

Édifiée en 1896 par l’architecte Alexandre Marcel pour le compte du propriétaire du Bon Marché à l’époque, François-Émile Morin, La Pagode a d’abord été un lieu de réception avant de se voir transformé en cinéma branché, qui accueillait tous les ans de 100 000 à 130 000 visiteurs. Elizabeth Dauchy, la propriétaire a tenu à calmer les cinéphiles insurgés : « la Pagode restera un cinéma mais « Il va falloir remettre en route toutes les autorisations. Cela va forcément demander du temps car les travaux seront importants ».

En tous les cas, avec les locataires du futur ancien cinéma, c’est tout le monde de la culture et du cinéma qui s’insurge de la fermeture de ce lieu sacré. Quelques illustres comédiens se disent parfaitement révoltés par cet événement qui vient mettre un point final à des années de mise en lumière de jeunes talents.

 Et la fin d’un cinéma historique… https://t.co/2yTHp9gFxB

— mathieu Kassovitz (@kassovitz1) 6 Novembre 2015

Dans les années 1960, la Pagode accompagna, en effet, le cinéma de la Nouvelle Vague en programmant François Truffaut, Éric Rohmer, Jacques Rozier. En 1972 Louis Malle, qui gére la salle, modernise le cinéma désormais doté de deux salle. La façade est rénovée et un salon de thé ouvre ses portes.

Si cet événement est considéré comme parfaitement scandaleux par tout le monde de la culture, un cinéma immense, vient en revanche d’ouvrir ses portes dans le 13eme arrondissement de Paris. La ville met alors à disposition de ses habitants un espace culturel de trois étages, entièrement dédié aux films restaurés. En outre, après de nombreux mois de travaux, le cinéma Les Fauvettes(anciennement Gaumont Gobelins) a ouvert ses portes hier. Cinq salles diffusent en continu des longs métrages qui nous ont tous marqué, de Autant en emporte le vent‘ à Kill Bill en passant par Les fraises sauvages. Une vingtaine de projection est prévue par jour. C’est ce qu’a annoncé Jérôme Seydoux, président des cinémas Gaumont-Pathé.

Visuel : ©DR

[Interview] Frédéric Jérôme remonte le temps et nous entraine dans les coulisses des Folies Bergère
Le Prix Médicis revient à Nathalie Azoulay
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *