Actu
La ville de Nuremberg rénove des édifices du Troisième Reich

La ville de Nuremberg rénove des édifices du Troisième Reich

11 novembre 2020 | PAR quentin didier

La ville, épicentre du régime nazi, entend conserver ce tragique patrimoine pour informer les générations futures.

Ce que représente Nuremberg

Il y a cinquante ans jour pour jour se tenait les procès des dirigeants nazis à Nuremberg. La ville n’est pas choisie par hasard, Hitler en a fait l’un des ses principaux bastions. C’est dans sa « capitale idéologique » que le Führer promulgue les premières lois antisémites en 1935. La commune bavaroise abrite le deuxième plus grand monument de l’ère nazi, le Palais des congrès. Il y a également la fameuse tribune Zeppelin depuis laquelle Hitler avait pris l’habitude de déclamer ses violents discours dans les années 30. La démesure des deux bâtiments rend compte de tout l’impact voulu et obtenu par le régime qui souhaitait démontrer sa toute puissance et sa supériorité.

Pour certains il n’est pas question de rénover ces bâtiments

Nuremberg est donc l’un des témoins principaux de l’histoire du Troisième Reich. La question qui revient cependant est celle du travail de mémoire. Pour certains, il est nécessaire de supprimer physiquement ces monuments de la honte. Il est alors question de tourner définitivement la page et d’éviter tout pèlerinage et hommage malsain. D’autres voient mal l’argent public être utilisé pour rénover de tels vestiges.

Le débat fait rage depuis de nombreuses années dans le pays germanique. L’Allemagne, comme nombreux autres pays européens, voit la xénophobie et l’antisémitisme grimper depuis quelques temps. De plus le travail de mémoire est sans cesse contester. Que faire alors de ces édifices qui animent les débats de part et d’autre de l’échiquier politique ?

La ville de Nuremberg choisit donc de restaurer ces lieux de l’histoire. Détruire les restes du Troisième Reich reviendrait à désinformer les générations suivantes des horreurs qui ont pu et peuvent être perpétrées. Le drame ne doit pas recommencer, et pour cela, il ne doit pas être oublié.

Visuel ©David Holt creative commons

3615 Monique : la série délurée sur les débuts du Minitel Rose
L’agenda cinéma et écrans du 11 novembre 2020
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *