Actu
La tablette de Gilgamesh, un trésor archéologique rendue à l’Irak

La tablette de Gilgamesh, un trésor archéologique rendue à l’Irak

23 septembre 2021 | PAR Barbara Pebrel

Cette petite tablette vieille de 3.500 ans a été pillée et apportée illégalement aux États-Unis lors de la première guerre du Golfe en 1991. Aujourd’hui, l’Unesco a décidé de la rendre à son propriétaire légitime :  l’Irak.

La tablette de Gilgamesh, joyau mésopotamien, est une œuvre d’argile sur laquelle figurent des caractères cunéiformes. Malgré sa petite taille, la tablette a une valeur immense. Elle comporte des fragments de « l’épopée de Gilgamesh », considérée comme l’une des plus anciennes œuvres littéraires de l’humanité. Elle conte les aventures d’un puissant roi de Mésopotamie en quête d’immortalité.

Une victoire pour l’Unesco

La « tablette de Gilgamesh » aurait été volée dans un musée irakien en 1991, lorsque le pays était plongé dans la première guerre du Golfe. Elle aurait ensuite été « introduite frauduleusement sur le marché de l’art américain en 2007 », avant d’être saisie par les autorités judiciaires du pays en 2019, selon l’Unesco.

Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco, a déclaré dans un communiqué que cette restitution était « une victoire majeure sur ceux qui mutilent le patrimoine » et permet « au peuple irakien de renouer avec une page de son histoire ».

Une cérémonie de remise de l’œuvre aux autorités irakiennes aura lieu à Washington ce jeudi.

Ce n’est pas une première

En juillet dernier, les États-Unis ont rendues à l’Irak 17.000 pièces, vieilles, pour la plupart, de plus de 4.000 ans. La majorité dataient de la période sumérienne, l’une des plus anciennes civilisations de la Mésopotamie. Depuis des décennies, au fil des conflits, l’Irak se voit pillé ses antiquités. L’invasion américaine de 2003 ne fait pas exception à la règle. En 2017, Interpol affirmait que « Au cours de la dernière décennie, le monde [avait] été témoin d’une hausse alarmante de la destruction du patrimoine culturel en raison des conflits armés ».

Visuel : Wikipedia

Bons baisers de Limón, souvenirs du Costa Rica
Cyrille Aimée invite Lucienne Renaudin Vary à la Seine Musicale 
Barbara Pebrel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture