Politique culturelle

La réouverture lumineuse de la MC93

La réouverture lumineuse de la MC93

20 avril 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Voilà trois ans dont deux de travaux que la MC93 est fermée. Ce théâtre emblématique de la décentralisation qui offre  à Bobigny une programmation résolument contemporaine sous la direction de l’ex co-directrice du Festival d’Avignon, Hortense Archambault, a gagné, grâce au travail de l’architecte Vincent Brossy cohérence et luminosité.

Nous sommes pressés, avouons-le de voir Alain Platel et ballets C de la B présenter Nicht Schlafen dans la salle Efremov élargie. La grande salle de la MC93 est tout simplement spectaculaire Elle pourra accueillir jusqu’à 1200 spectateurs. 20 mètres d’ouverture et une profondeur « considérable  » (dans les mots de Vincent Brossy) permettront toutes les configurations.

Au commencement, il y a une volonté et une obligation de mettre aux normes ce bâtiment pensé par Valentin Fabre et Jean Perrottet qui dans son histoire, la première MC93 ouvre en 1980, n’a cessé d’être étendu et restructuré. Il était devenu « un cadavre exquis difficilement utilisable ».  Il fallait désamianter, améliorer les accès au public, notamment handicapé.

L’occasion était belle, donc, de repenser la relation au public. Ce sujet est cher à Hortense Archambault qui avait un désir fort d’intégrer encore plus le théâtre dans la ville. Le bâtiment est désormais tout en verre et laisse entrer la lumière et les regards. Le hall Matoub devient « le hall des possibles ». Cet espace de 720 m2 servira de billetterie bien sûr mais aussi de lieu de médiation et d’exposition. Un restaurant sera ouvert tous les jours, dès midi même les jours où ça ne joue pas.

La MC93 compte désormais trois salles : la salle Oleg Efremov, la salle Christian Bourgeois complètement remise à plat, de forme carrée, aux murs noirs en béton de Fabre et Perrotet. Cette salle permet d’accueillir 150 à 300 personnes, et la troisième nommée justement « Nouvelle salle » située au dessus d’Efremov offre une jauge de 240 places, elle aussi extrêmement modulable.

La MC93 est une scène nationale qui construit les décors de ses productions. Les ateliers sont désormais desservis par des ascenseurs qui parcourent tous les étages. Il sera enfin possible de passer simplement de cour à jardin.

La MC93 devient ainsi un lieu ouvert sur la ville, où l’accueil est primordial, d’ailleurs le nombre de WC est augmenté et de ce point de vue, les filles seront mieux servies que les garçons. L’ensemble des travaux a  coûté 18 600 000 euros HT, ce qui a nécessité des choix drastiques du point de vue des matériaux.

L’ouverture sera une fête qui durera de mai à septembre. Rendez-vous le 23 mai pour découvrir la création d’Alain Platel et l’ensemble de la programmation qui sera alors publiée.

Visuels : ABN

Le festival Pulp : La bande dessinée au croisement des arts
« Petit éloge de la nuit » : promenade ouverte aux contrastes prenants
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *