Politique culturelle

La reforme du lycée provoque la colère des artistes

04 octobre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Pourquoi les artistes  prennent-ils position dans la réforme du lycée ?  Selon eux,  en revenant sur la pratique artistique et sur le partenariat avec des artistes professionnels en classe de seconde l’enseignement des arts est menacé.  Le collectif « Sauvons les Arts à l’École » demande l’arbitrage du Président de la République dans une lettre ouverte approuvée en moins de trois mois par plus de 23000 signataires : metteurs en scène, cinéastes, comédiens, artistes lyriques, chorégraphes, danseurs, professeurs, étudiants, élèves, citoyens, élus de la République.

Si le collectif reconnaît des avancées intéressantes dans l’instauration des « enseignements d’exploration » d’1h 30 par semaine pour permettre aux élèves une découverte des disciplines artistiques , il regrette que « dans la réalité, ils se substituent à 3 h hebdomadaires d’un enseignement qui ne se contentait pas d’une découverte théorique mais amenait, par une pratique artistique conduite par une équipe constituée d’un professeur et d’un artiste professionnel, à une expérience concrète de la création, de ses exigences et de son sens. »

« Dans le cadre d’une réforme qui annonçait vouloir soutenir et renforcer la section littéraire et lutter contre l’échec scolaire, cette remise en cause est incompréhensible. Quand l’enseignement du latin et du grec bénéficie d’un horaire de 3 heures, pourquoi n’en va-t-il pas de même pour les enseignements artistiques ? C’est un incontestable appauvrissement : on ne peut que s’inquiéter de voir briser, par l’Education Nationale, la reconnaissance qu’elle avait apportée depuis trente ans, dans l’Institution, aux enseignements artistiques , et au rôle irremplaçable des artistes professionnels dans la formation des élèves. Autant dire des futurs citoyens : sous l’impulsion des artistes professionnels, la pratique des arts développe la faculté de création, l’esprit critique, l’autonomie, la capacité et le goût du travail collectif, solidaire, ainsi que le sens de l’effort et de l’exigence. « 

La pétition a déja recueuilli 23356 noms dont Catherine Dolto, Olivier Py, Ariane Mnoucknine et le regretté Philippe Avron. Les représentants de  » Sauvons les Arts à l’Ecole » seront reçus le 6 octobre à 15 h par M. Jean-Baptiste de Froment, conseiller technique Éducation et M. Eric Garandeau, conseiller technique Culture.

La névrose du monde du travail mise en scène par le virtuose japonais Toshiki Okada
Nuit Blanche 2010, le temps des rêves
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *