Politique culturelle
La recherche s’empare du Festival d’Avignon

La recherche s’empare du Festival d’Avignon

05 juillet 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Pour la huitième année l’Agence nationale de recherche propose un colloque, les Rencontres recherche et création, les 8 et 9 juillet au début du Festival d’Avignon, et Covid oblige, l’événement sera aussi visible en ligne

Catherine Courtet est responsable scientifique du Département sciences humaines et sociales de l’Agence nationale de la recherche (ANR). Elle est coresponsable des Rencontres recherche et création, et elle nous raconte les origines de cette idée merveilleuse : « Depuis 2005, l’ANR finance de nombreux projets de recherche en sciences humaines et sociales sur l’origine de l’homme et des cultures, les cultures du monde, les transformations des formes artistiques, l’écosystème de la création. (…) Créées en 2014, dans le cadre d’une coopération inédite entre le Festival d’Avignon et l’ANR, les Rencontres recherche et création permettent une mise en résonance entre la pensée des œuvres et la recherche. Il ne s’agit pas d’expliquer les œuvres, mais bien de considérer en quoi elles permettent une expérience émotionnelle, perceptive, un exercice de pensée, sous-tendu par des enjeux éthiques ou politiques, une exploration des comportements humains ou encore l’invention de mondes imaginaires. Les Ateliers de la pensée, créés par Olivier Py et Paul Rondin, sont une vaste agora qui donne toute liberté pour cette confrontation entre deux manières d’explorer le monde et l’humain. » 

« La mémoire du futur » 

Cette année, le thème est à la fois tourné vers le passé, le présent et l’avenir. Pour questionner « la mémoire du futur », les 8 et 9 juillet au Cloître Saint-Louis, les metteurs en scène de l’édition 2021 du Festival d’Avignon discuteront avec des scientifiques. L’exercice n’est pas critique. Il ne s’agit pas d’entrer dans le contenu scénographique des pièces mais de s’en servir pour interroger le monde avec une bonne dose d’élégance. L’idée est bien que les artistes éclairent la société. Comme à la fac, le colloque est partagé en sous-thèmes : Échapper au passé (le 8 matin), Les conditions du bonheur (le 8 après-midi), Amour, conscience et destin (le 9 matin) et Quand le passé disparaît ou l’exigence du futur (le 9 après-midi). 

Cette présence en début de festival plutôt qu’à la fin, comme un bilan, peut étonner. Catherine Courtet précise : « l’année universitaire vient juste de se terminer, ce début de festival est comme un moment de passage, particulièrement propice pour cette rencontre entre une recherche scientifique rigoureuse, ouverte sur le monde, et la vitalité de la création telle qu’elle s’exprime à Avignon. Un moment de curiosité partagé entre le public, les artistes, les chercheuses et les chercheurs qui rend encore plus intense l’expérience artistique. » 

Faire parler les artistes et les scientifiques

On le sait, ce sera fascinant. Par exemple, l’anthropologue Éric Crubézy nous parlera de la façon dont les tombes étaient déjà fleuries il y 60 000 ans. Il sera en discussion avec Laëtitia Guédon qui présente Penthésilée.e.s-Amazonomachie. Et Tiago Rodrigues, lui, mettra en miroir sa Cerisaie dans une folle après-midi où vont se succéder sept chercheuses et chercheurs, dont, notamment, l’immense Georges Vigarello qui finira la cession du 9 sur ce sujet passionnant : « Futurologues amoureux ». Les Rencontres apportent de la distance et de la hauteur au cœur d’un rythme fou. C’est un temps suspendu au centre du festival dont on sort grandi. Catherine Courtet rappelle : « Le programme des Rencontres est toujours inspiré par le thème du festival et par les spectacles présentés. Oscillant entre les espérances d’un monde nouveau et la crainte d’un avenir incertain, les personnages de La Cerisaie, mis en scène par Tiago Rodrigues, paraissent entraînés dans des temps différents. C’est l’espoir d’inventer une autre vie aux confins des forêts de la taïga que raconte Anne-Cécile Vandalem dans la saga familiale Kingdom. Graça, l’héroïne d’Entre chien et loup, de Christiane Jatahy, fuit la dictature pour inventer une nouvelle existence. Penthésilée, mise en scène par Laëtitia Guédon, affronte Achille pour échapper à une histoire déjà écrite. Ces quatre pièces illustrent le thème du festival « se souvenir de l’avenir ». C’est autour du lien entre la capacité à se projeter dans le temps et la capacité d’action que s’articule le programme des Rencontres. »   

Et cette année, elles se dérouleront forcément avec dans leur identité même la permanence du temps de la pandémie qui « est », insiste Catherine Courtet, comme le dit François Hartog, un temps suspendu. Le programme de ces 8Rencontres permet un détour pour penser autrement ce présent. Marie-Laurence Haack rappelle que les Étrusques envisageaient le temps comme un cycle. Jean-Paul Engélibert analyse les fictions d’apocalypse, du XIXe siècle à nos jours, comme autant de sources d’utopies. Francis Eustache évoque ses travaux en neurosciences sur la mémoire, montrant que celle-ci n’est pas prisonnière des souvenirs ou des habitudes, mais dépend aussi de notre capacité à intégrer des événements nouveaux.

Un forum professionnel

Et cette année, les Rencontres sont prolongées par un Forum destiné aux professionnels. Le Forum Travailler dans le spectacle ! Engagement, reconnaissance, emploi, métiers, conditions de travail, Santé, le 10 juillet. Ce forum intervient après une année dramatique pour le monde de la culture, qui, s’il a été soutenu financièrement, a été dévasté du point de vue de l’éthique et de la pensée. 

Informations pratiques

Tout le programme heure par heure est à découvrir ici

Visuel : ©RRC2019

Pierre Notte raconte L’histoire d’une femme et d’une horde de beaufs
Farruquito au sommet
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture