Politique culturelle

Jean-Luc Choplin devient le directeur du Théâtre Marigny

Jean-Luc Choplin devient le directeur du Théâtre Marigny

08 février 2018 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis quelques jours, l’ancien patron du Théâtre du Châtelet est à la tête du Marigny. Un vent de public souffle sur le privé.

Le nom de Jean-Luc Choplin est très associé au monde de la culture publique. Il a commencé sa carrière en permettant de 1976 à 1980, lors les Fêtes musicales de la Sainte Baume, à John Cage, Henri Pousseur, Takehisa Kosugi, André Boucourechliev, Carlos R. Alcina, Y. Taira, Trisha Brown, Steve Paxton, David Gordon, Douglas Dunn, Yvonne Rainer, Heiner Muller ou Robert Wilson de créer des oeuvres. Très féru de culture classique il fut de 1978 à 1980, l’administrateur Général de l’Orchestre Philharmonique de Lorraine. Mais c’est dans le domaine chorégraphique qu’on lui doit des évolutions merveilleuse. En 1984, il rejoint le Ballet de l’Opéra de Paris et Rudolf Noureev en tant qu’Administrateur Général de la Danse.

Le parcours de Choplin étonne car il prend des chemins inattendus.  Il a travaillé pour Walt Disney Compagny comme pour le groupe Galerie Lafayette. A chaque fois dans le cadre de projets culturels.

Producteur de spectacles ( 74 à son actif), il est nommé Directeur Général du Théâtre du Châtelet. Il a pris ses fonctions le 1er juillet 2006. Il est resté onze saisons, jusqu’au 31 janvier 2017. Il a également quitté  récemment la présidence du comité de programmation de La Seine musicale.

On peut donc s’attendre à une révolution dans ce théâtre longtemps fermé pour travaux. Le Marigny va-t-il devenir un lieu contemporain ? Le président du conseil d’administration de la Collection Lambert, (Avignon) ne saurait faire dans un classicisme poussiéreux. On peut s’attendre à une attention portée sur les comédies musicales qu’il a défendues lors de son mandat au Châtelet.

A voir.

Visuel : ©Aurélien Binder.

Dialogues des Carmélites épurés et poignants dans une distribution parfaite
L’Agenda des vernissages de la semaine du 8 février
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *