Politique culturelle

Isabelle Neuschwander limogée, quel avenir pour les Archives?

Isabelle Neuschwander limogée, quel avenir pour les Archives?

01 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Une Maison de l’Histoire de France devrait voir le jour en 2015. Situé dans le bâtiment des archives nationales, il pousse à la délocalisation une partie des sources pour les chercheurs. Malgré le mécontentement, le projet suit son cours . Une étape supplémentaire a surpris les opposants au projet:  le limogage de la directrice des Archives nationales, Isabelle Neuschwander remplacée par Agnès Magnien, jusque là conservatrice en chef du patrimoine. Elle était, depuis 2009, chef du bureau des missions aux Archives de France.

Isabelle Neuschwander dirigeait les Archives nationales depuis février 2007. Née en 1958, elle  est diplômée de l’Ecole nationale des Chartes et conservatrice générale du patrimoine. Elle avait été nommée en 2005 directrice de l’équipe du projet du nouveau centre des archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine. Depuis 2007, elle coiffait les trois sites des Archives nationales (Paris, Fontainebleau et Pierrefitte, actuellement en construction).

Pour l’intersyndicale, le projet d’installation de la Maison de l’histoire de France sur le site parisien des Archives est « incompatible avec le projet de rénovation des Archives nationales, dont Isabelle Neuschwander était porteuse ».

Ce licenciement apparait pour les personnels comme une décapitation de leur mouvement de mobilisation qui arguent que la venue d’Agnès Magnien se fait de façon illégale. Et pourtant, la remplaçante a les qualités requises pour le poste , ayant travaillé près de quinze ans en Seine-Saint-Denis, aux Archives départementales et au conseil général. Le départ d’ Isabelle Neuschwander provoque l’interrogation de Gilles Morin dans Libération daté du 28 février : Elle  » n’avait pu éviter l’occupation du musée des Archives , mais, durant son mandat, avec un projet mobilisateur et un dialogue renoué ( on ne soulignera jamais assez le rôle positif joué par l’intersyndicale), les conflits sociaux s’étaient considérablement réduits. La confiance, est à nouveau endommagée »

Nicolas Sarkozy a décidé en septembre 2010 que la Maison s’installerait sur le site des Archives nationales dans le Marais, provoquant la colère du personnel des Archives nationales qui ne souhaitent pas céder de l’espace. Une partie des locaux est occupée depuis. Le site parisien des Archives nationales ne doit garder que les documents de l’Ancien Régime et les minutes des notaires parisiens. Les archives contemporaines seront donc conservées à Pierrefitte sur Seine, alors que les historiens travaillant sur cette période fréquentent essentiellement la capitale de par la présence de la Bibliothèque Nationale de France en son cœur.

Une grande partie des archives conservée dans ce vaste quadrilatère de 34.000 m2, composé de huit hôtels particuliers, doit partir à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) d’ici 2013


Les Monstroplantes contre le Dr Larsen, interview d’un Super-héros
Les périgrinations d’une ancienne étudiante islandaise à Paris
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Isabelle Neuschwander limogée, quel avenir pour les Archives?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *