Politique culturelle

Interview de Ségolène Favre-Cooper, programmatrice du MaMA Festival

Interview de Ségolène Favre-Cooper, programmatrice du MaMA Festival

06 septembre 2018 | PAR Antoine Couder

Encore un beau programme en perspective pour la nouvelle édition du MaMA Festival du 17 au 19 octobre. Hautement recommandable et parfaitement situé : Pigalle – Montmartre ! 

Quoi de neuf cette année : changement ou continuité ?
Continuité plutôt avec toujours un festival dans la ville, autour de 120 concerts sur 3 soirs (une quarantaine par jour), 1 pass qui donne accès à l’ensemble des lieux et des concerts dans la limite des places disponibles, une programmation éclectique, le tout toujours dans le quartier de Pigalle-Montmartre qui se ressemblera toujours un peu plus à un site de festival qu’à un quartier de ville à cette occasion !
Ce qui n’empêche pas certaines nouveautés hein ! Pour la 1ère fois, on va par exemple proposer des concerts au Phono Museum ou encore accueillir 2 artistes palestiniens : 47Soul et leur hip-hop shamstep ainsi que le merveilleux pianiste Faraj Suleiman.

Eagle-Eye Cherry, Arnaud Rebotini, Gaël Faye, Oxmo Puccino & Mr Viktor (Dj), Boris Brejcha… des noms « très connus » c’est nouveau ?
Et non, ce n’est pas vraiment une nouveauté. MaMA est ce qu’on appelle en anglais un « showcases event » soit un festival où les artistes français et internationaux viennent présenter pour la plupart un nouveau live, set ou album etc. – et ce quel que soit la renommée de l’artiste – à un public curieux (fans ou pas) mais aussi à des professionnels et des médias. Il s’agit donc d’essayer de réunir les attentes de tous les types de public, de mixer autant que possible des artistes confirmés, nouveaux venus et en devenir, le tout en restant dans une certaine forme de nouveauté. La programmation se fait forcément en étroite collaboration avec la filière musicale française et internationale.
Christophe, Youssoupha, Nathan Fake, Birdy Nam Nam, Aaron, Laurent Garnier, Joachim Pastor entre d’autres nous ont déjà fait l’honneur de venir jouer sur le festival à l’occasion d’un anniversaire, d’une collaboration artistique ou encore tout simplement pour présenter de nouveaux morceaux ou un nouveau live.

Toujours cette idée de foisonnement, de genres variés, c’est un choix ?
Absolument ! L’idée est de présenter des artistes dits de « musique actuelle » dans leur diversité : folk, pop, rock, hip hop, électro etc. D’autant que toujours plus d’artistes mélangent les genres et ça marche ! On croit beaucoup aussi au fait que le public s’intéresse de moins en moins uniquement à un style en particulier.

Quelques coups de cœur ?
Oui forcément mais il y en a beaucoup pour tout dire… et c’est compliqué de n’en citer que quelques uns surtout quand la programmation n’est pas tout à fait terminée (au moment où je répond à cette interview) ;-)

Un lien avec la Convention ? Autrement dit entre la promotion d’artiste et le Work flow que peut constituer le festival pour les professionnels.
MaMA festival sert justement à la promotion d’artiste et à leur présentation au public en général mais aussi aux professionnels et aux médias. Donc oui, le lien est total puisqu’il est dans l’ADN même de l’événement.

Quelques chiffres pour évoquer le succès du Mama ?
Lors de la dernière édition, nous avons accueilli un peu plus de 4 700 festivaliers (+18% d’augmentation de fréquentation), plus de 5 600 pro (+%5) issus de 52 nationalités différentes, presque 600 journalistes…
Et bien sûr, on espère faire encore mieux cette année !!!

Tout le programme est ici.

Visuel : © Joséphine Huon de Penanster

Thomas Dutronc présente son nouvel album à la presse, en toute simplicité
Quatre femmes d’histoire(s) à la Galerie Eric Dupont
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *