Politique culturelle

Interview de Damien Thomas : Les Rencontres de la Culture Populaire se penchent sur La Nuit du 13 au 16 juin

Interview de Damien Thomas : Les Rencontres de la Culture Populaire se penchent sur La Nuit du 13 au 16 juin

13 juin 2019 | PAR Yaël Hirsch

Toute La Culture est partenaire des Rencontres de la Culture populaire, créées par Damien Thomas, il y a trois ans et qui permettent de faire dialoguer politiques, artistes et institutions culturelles. Alors que notre fondatrice, Yaël Hirsch, s’apprête à co-animer deux sessions sur les trois séances prévues autour de la nuit avec son lot de transgression et d’électro du 13 au 16 juin, Damien Thomas a répondu à nos questions. 

A ne pas manquer lors de cette édition 2019 : les rencontres et débats avec (entre autres) Fabrice Gadeau, directeur du mythique REX CLUB de Paris, Michel Pilot, secrétaire général de l’agence SURPRIZE, à l’origine de la Concrete et du Weather, Eric Labbé, DJ et acteur majeur du renouveau de la nuit parisienne, Benoit Guerinault, co-fondateur et directeur artistique de l’IBOAT à Bordeaux, Jean-Paul Deniaud, rédacteur en chef de TRAX MAGAZINE, et plusieurs DJ sets dont la révélation Antoine Brilland ou BRI.

 

Toutes les infos, ici. 

Avez-vous modifié votre idée de ce qui est « populaire » depuis les origines ? Quelles sont les enjeux de cette édition 2019?

Depuis le démarrage de cet événement en 2016, je n’ai jamais voulu mettre dans une case cette définition de « populaire ». Pourquoi ? Parce que c’est une définition qui est selon moi en mouvement en fonction des époques.
J’ai clairement besoin que chaque année mes propres « certitudes » se confrontent aux regards des autres.

Avec mon équipe, nous avons voulu pour cette 4ème édition aborder le thème fort de la vie nocturne, en abordant la question de l’exigence artistique dans l’environnement festif de la nuit.

Avec la cité du vin qui vous est synchrone, de l’ouverture du Frac Nouvelle-Aquitaine à la MÉCA…. Bordeaux bouge tout le temps, en quoi cela se ressent-il dans vos rencontres ?

Effectivement, Bordeaux est véritablement en mutation dans sa dynamique culturelle et festive. Bordeaux attire.
C’est aussi l’occasion du 13 au 15 juin de prendre le temps d’écouter les attentes des bordelaises et bordelais pour le Bordeaux d’aujourd’hui et de demain.
C’est une belle opportunité d’avoir un regard extérieur des opérateurs parisiens que nous mobilisons sur cette édition, et de dialoguer avec les responsables de deux lieux incontournables de la vie culturelle bordelaise : le club IBOAT et Darwin.

La nuit a toujours fait partie des rencontres ? Ou c’est une manière d’aborder la « contre-culture » populaire ? Quelles sont vos grandes têtes d’affiche?

Même si sur les précédentes éditions, nous avons questionné les programmations culturelles, notamment dans les théâtres, c’est la 1ère fois que nous interrogeons véritablement le sujet de la nuit. Et effectivement en travaillant sur la programmation, nous nous sommes rendus compte que nous tenions un vrai sujet sur la culture alternative, avec une appropriation forte des jeunes.

Je suis particulièrement fier cette année de recevoir dans ma ville des personnalités telles que Fabrice Gadeau le directeur du célèbre Rex Club, Michel Pilot, personnalité incontournable de la scène techno depuis 30 ans et secrétaire général de l’agence Surprize qui produit le club Concrete, 2 showcase d’exception de Romain Brau, le performeur au centre des conversations de tout Paris et acteur à l’affiche du film Les Crevette Pailletées.

L’électro est-elle la culture maîtresse de la nuit?

Je pense que sur ces dernières années, l’électro a une place considérable dans la diversité de l’offre artistique nocturne. En tout cas à bordeaux, cette scène là est très dynamique.

Y aura-t-il des fêtes ? Quels sont les lieux partenaires ?

Chaque débat avec les personnalités se poursuivra par des performances artistiques et des DJ sets. Il y aura 2 grosses soirées :
Le vendredi 14 juin à la Tencha, le bar le plus cool de bordeaux, 1er showcase inédit de Romain Brau suivi de 2 dj sets avec deux jeunes dj régionaux et d’Eric Labbé, activiste de la nuit parisienne et DJ parisien bien connu des clubs parisiens (Zig Zag club,..). Et nous terminons le samedi 15 juin avec un closing d’exception qui accueillera Sina xx, du collectif parisien Subtyl, qui mixera à La Voute, un des lieux les plus underground de bordeaux.

Beaucoup d’hommes non pour parler de la nuit, est -ce lié au sujet . la parité est-elle une préoccupation ou commence -t-on par libérer le peuple avant de s’attaquer à #metoo ?

Je ne peux que constater que les hommes (hélas) sont en majorité à la tête des lieux ou événements la nuit. Sur ce sujet là, il y a encore beaucoup de progrès à faire.
Je n’ai pas ressenti à ce stade en discutant avec les différents interlocuteurs que la parité dans le milieu de la nuit était une priorité…

visuel : affiche et photo de Damien Thomas (c) Damien Thomas

Schumann et Berlioz dans les affres de la passion au Théâtre des Champs-Élysées
« Soufflette », les transmissions baroques de François Chaignaud aux Rencontres Chorégraphiques
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *