Politique culturelle

En temps de crise, les Musées font le plein

En temps de crise, les Musées font le plein

05 janvier 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Plus d’argent pour sortir ? A en croire les scores réalisés par Le Louvre et le Centre Georges Pompidou la période serait faste. Ces deux grands musées nationaux battent des records d’affluence .

Le centre Pompidou annonce un peu plus de  3,6 millions de visiteurs pour les collections permanentes et les expositions en 2011,marquant une progression de 40% en cinq ans. Le Louvre répercute une hausse de 5% de sa fréquentation accueillant  8,8 millions de visiteurs, plaçant le musée à la première place mondiale.

Le succès est lié à une programmation exigeante, de qualité dans un soucis pédagogique de compréhension des œuvres. L’exposition « Edvard Munch, l’oeil moderne »  à Beaubourg a dépassé les 300000 visiteurs en faisant  l’un des plus grands succès de fréquentation de l’histoire du Centre Pompidou. Le lieu a aussi multiplié ses espaces d’exposition faisant de l’endroit, encore plus un lieu où il se passe toujours quelque chose.

La direction du  Louvre explique via communiqué qu’ « avec une forte reprise de la fréquentation américaine et la présence de plus en plus marquée des visiteurs en provenance des pays émergents » le nombre de visiteurs étrangers constitue 66% des entrées. D’autre part, comme pour le Centre Pompidou, les belles expositions ont été légions, attirant près de 510.000 visiteurs (+22% par rapport à 2010) .

Une politique tarifaire attrayante, notamment grâce au déplacement du guichet du  laisser-passer dans le hall de Beaubourg offrant l’année d’accès au centre pour un tarif allant de de 22 € à 72 €,  et, au Louvre, la gratuité est accordée aux personnes de 18 à 25 ans résidents dans l’un des pays de l’Espace Economique Européen permettent un rajeunissement permanent des visiteurs.

 

 

 

 

Le Festival Avant-Premières a lieu dans les cinémas Gaumont et Pathé du 11 au 17 janvier
Les Français adorent les salles obscures
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *