Politique culturelle

Député UMP contre les groupes « issus de l’immigration »

Député UMP contre les groupes « issus de l’immigration »

28 juillet 2011 | PAR Tristan Karache-Prudent

Sans détour, le député UMP Michel Raison a demandé au ministère de la Culture de prendre des mesures pour « contrôler la diffusion de certaines œuvres musicales » composées par des groupes « issus de l’immigration ».

Michel Raison n’est pourtant pas un député appartenant à l’extrême droite et s’attaque à un domaine risqué. En effet, ce dernier lors d’une question posée à l’Assemblée Nationale s’est adressé au ministère de la Culture pour attirer l’attention du gouvernement sur les « groupes issus de l’immigration » qui « sous couvert de liberté d’expression » selon lui « se livrent à de véritables appels à la haine raciale et religieuse en proférant des paroles obscènes, racistes et misogynes ».

Il demande donc pour contrer ces groupes que « les mesures qui ont été prises pour censurer ces chansons et mieux contrôler la diffusion de certaines œuvres musicales ». Ce n’est pas la première fois que la question est lancée, cependant personne n’avait aussi directement visé une minorité d’artistes. Michel Raison explique que « les conséquences sont d’autant plus préoccupantes que ces groupes sont écoutés par des jeunes en pleine construction qui n’ont pas forcément la maturité nécessaire pour prendre du recul par rapport à de tels propos », un objectif qui en soit pourrait paraitre compréhensible s’il n’était pas accompagné de cette attaque limite raciste.

Il ajoute même que ces groupes « bafouent les valeurs fondamentales de respect et de liberté qui fondent notre démocratie ». Depuis quelques années, certaines personnes du gouvernement s’insurgent devant la violence verbale dont font preuve les rappeurs, on se souvient par exemple de Sniper et de ses soucis avec la justice.

Rappelons tout de même au député que cette manière de jouer avec les gros mots n’est pas exclusivement réservé aux fils de l’immigration mais aussi aux enfants nés de parents français tels que Orelsan qui avait fais scandale avec son titre « Sale pute » aux relents misogynes (voir notre article).

 

« La pitié dangereuse » est hautement dramatique au Théâtre de l’Oulle
Passer la nuit de Marina de Van : autopsie d’une dépression
Tristan Karache-Prudent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *