Politique culturelle

Camus par Onfray à Marseille 2013

Camus par Onfray à Marseille 2013

08 août 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le philosophe aux thèses très controversées, faisant de Moïse une préfiguration d’Hitler et obsédé par la figure de Freud vient d’être nommé par la maire d’Aix-en-Provence commissaire de l’exposition sur Albert Camus qui se tiendra lors de l’année Marseille 2013.

Officiellement, il n’y a aucun problème. Benjamin Stora, spécialiste incontestable de la mémoire et de l’histoire de l’Algérie était jusqu’en mai dernier et cela depuis deux ans, le commissaire de cette exposition. Officiellement, l’exposition devait être annulée car Catherine Camus qui gère l’œuvre et le fonds de son père, n’avait pas reçu à temps la liste des documents requis pour l’évènement. D’autres sources affirment que la critique de l’Algérie Française que sous-tendait la vision scientifique de l’historien aurait fait hurler dans les couloirs de l’hôtel de ville aixois, dirigé par la maire UMP Maryse Joissains qui n’a jamais caché sa nostalgie. En 2010 elle avait fait «citoyen d’honneur de la ville d’Aix » Jean-Pax Méfret, défenseur de l’Algérie française.

Benjamin Stora comptait angler son exposition  Camus l’étranger sur les ombres de Camus et sur l’intellectuel engagé.  La nouvelle exposition se nommera Camus, un homme révolté.  Selon Sophie Joissains, Sénatrice des Bouches-du-Rhône depuis 2008 et adjointe à la culture à la Mairie d’Aix en Provence, dans une déclaration au journal Marscatu « L’exposition portera sur l’étendue de la pensée d’Albert Camus, qui ne sera pas seulement figée dans un contexte historique particulier mais qui sera une véritable exploration de toute sa vie et de son œuvre. Le projet diffère totalement de ce qui avait été imaginé au départ. Avec Benjamin Stora et Bernard Latarget, l’idée était de confronter Camus à l’histoire. Le parti pris aujourd’hui est différent, mais la qualité sera au rendez-vous. »

Benjamin Stora a déclaré à nos confrères du Monde être « abasourdi, non pas tant par la nomination de Michel Onfray que par le soutien du gouvernement socialiste à une telle décision ».

Michel Onfray a pour sa part déclaré dans le journal de la mi-journée sur France Inter que cette exposition préfigurerait un musée Albert Camus à Aix en Provence.

 

 

Laisser les cendres s’envoler, Nathalie Rheims réactive le deuil de la mère
Critique Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare: Apocalyptico-romantique
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *