Politique culturelle

Bilan des premiers Etats Généraux des nuits de Paris

16 novembre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Organisés par la Ville de Paris, en lien avec la Région Île-de-France et la Préfecture de Paris, les premiers Etats Généraux des nuits de Paris ont réuni plus de 1000 participants – citoyens, conseillers de quartier et de la jeunesse, associations de riverains, acteurs de la nuit, chercheurs, élus… – pendant deux jours et une nuit. Les échanges ont permis de formuler des propositions pour construire un « mieux vivre ensemble » la nuit, et conjuguer ainsi harmonieusement les différents usages nocturnes. Voici les premières mesures.

Les relations entre riverains et nuit festive
Comment faire la fête tout en gardant le silence….Pour résoudre cet épineux problème, seront créées des commissions d’arrondissement (mairie, commissariat, associations de riverains et organisations professionnelles) pour évaluer régulièrement la situation quartier par quartier et mettre en place des médiations entre riverains et établissements, appuyées par des professionnels. Également, sera mis en place un dispositif de médiation de rue entre 22h et 3h du matin dans les quartiers à forte activité festive, co-financé et co-dirigé par la Ville de Paris et les établissements de nuit. Ensuite, la région et la Ville de Paris aideront au financement de l’insonorisation de lieux de diffusion.

La Prévention des conduites à risque
Boire fait partie de la fête, mais comment éviter les excès ? En Relançant des enquêtes sur les pratiques des Parisiens quant aux comportements addictifs et à l’usage des drogues (enquêtes TREND et ESCAPAD). Le programme « fêtez clairs » sera étendu des boites de nuit aux bars. Des volontaires, accompagnés d’une campagne de promotion des comportements préventifs. Dans des espaces d’accueil, mobiles et éphémères, des professionnels de santé seront présents.

De nouveaux espaces pour les nuits
Sortir, mais sortir pas cher et bien. Pour ce faire, des salles de type « foyer » seront ouvertes pour les adolescents au sein des centres d’animation de certains quartiers. Des lieux déjà existant comme le 104 renouvellent leur programmation. A noter, les Nuits OUF du 104 à partir de janvier 2011) et l’ouverture du « Petit bain », un équipement culturel flottant dans le 13e, central mais à l’abri des riverains.

Lutte contre les discriminations
Il semble qu’être blanc et sans handicap favorise l’entrée en boite du nuit, pour que cela cesse, la Mairie de Paris crée une charte/label « Lutte contre les discriminations » sur laquelle s’engageront les établissements, avec vérification de l’application effective et sanctions éventuelles (retrait du label). Sera lancée une campagne de communication « Sortir est un droit » pour sensibiliser aux risques de discriminations. L’information devra être visible concernant l’accessibilité dans les lieux.

Mobilités
Sortir à Paris est une belle idée, mais où se garer ? Comment rentrer en banlieue en transports en commun ? La SAEMES propose un forfait nuit avec réduction de 50% dans 6 parkings dans des quartiers festifs où seront disponibles des alcootests et des bornes d’appel taxi seront également disponibles dans ces parkings. La Ville et la Région formuleront également des propositions conjointes au STIF pour intensifier le réseau noctilien existant, en plus d’une création de 2 ou 3 nouvelles lignes sur les zones encore non desservies.

D’autres propositions, concernant notamment l’ouverture des commerces la nuit, l’ouverture des parcs ou l’encouragement des expérimentations artistiques nocturnes dans le domaine du spectacle vivant sont à l’étude. Afin de suivre la mise en œuvre de ces propositions, et de poursuivre la réflexion, un comité de
suivi, composé des différents acteurs de la nuit, se réunira deux fois par an.

Dvd : 100 feet, un thriller à huis clos
Ce n’est qu’un début: les enfants prennent la parole!
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *