Actu
Notre selection de spectacles vivants pour cette sixième semaine de confinement

Notre selection de spectacles vivants pour cette sixième semaine de confinement

21 avril 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Nous avons une date, et cette date n’aura aucune conséquence sur ce rituel. Il continuera. Le 11 mai ne signera pas le retour du spectacle dans les salles. Quand ? On ne sait pas? Un jour ? Peut -être pas. Face à ce néant, la seule roue de secours et de penser au présent, seulement au présent. Alors, voici les spectacles à voir cette semaine.

« La vie va où?… » est un seule en scène de Michèle Guigon où l’on rit aux éclats la larme à l’œil. Une urgence d’espoir , et l’occasion de lui rendre hommage, à elle qui nous regarde nous agiter d’en haut, depuis six ans. Étonnamment, les questions qu’elle se posait alors sont tellement actuelles. 

 

 

On continue avec un jeune public,  7 D’UN COUP, d’après Grimm, spectacle pour tous à partir de 6 ans, mise en scène Catherine Marnas que nous avions tant aimé lors de sa programmation au Paris Villette. 

 

Three Collective Gestures. Il s’agit d’une performance chorégraphiée Boris Charmatz et filmée par César Vayssié. Sur une invitation du Musée de la danse, ce film a été fait à l’occasion d’une programmation au  Musée de la danse en 2013. L’oeuvre a été  présentée  au MoMA de New-York du 18 octobre au 3 novembre 2013.

WATCHINGPEOPLEWATCHINGTHREECOLLECTIVEGESTURESATMoMABYBORISCHARMATZMUSÉEDELADANSE from Nanterre-Amandiers on Vimeo.

Changement total d’ambiance pour Sa bouche ne connait pas de dimanche (fable sanguine) de Pierre Guillois et Rébecca Chaillon adoré aux Sujets à vif du dernier Festival d’Avignon. L’artiste associé au Théâtre du Rond Point et l’artiste associée au CDN de Normandie-Rouen forment un duo qui détonne sur le fond et la forme. La « Grosse gouine des Caraïbes » et le frêle gay blanc nous basculent dans un autre monde où nage un vrai cochon. Mais les porcs sont ici nombreux à balancer et à faire passer au grill. Dans une allégorie du pire, nous sommes dans une boucherie de province, enfin, on l’imagine. On l’imagine bien en fait. La rue commerçante du village et les regards partout. C’est Chabrol qui rencontre Lynch et comme chez les filles du premier programme, la peinture va couler, comme un sang queer. A voir absolument ici.

 

Et pour finir, direction  *DUUU, webradio en résidence à Gennevilliers depuis 2016, avec pour base le T2G depuis 2017. Elle  met à profit cette période pour rediffuser les différentes émissions qu’ils ont faites sur le territoire Gennevillois.  Aujourd’hui nous vous conseillons l’écoute de la restitution de l’atelier de Philippe Ripoll : Tous ceux qui tombent . Une performance audio beckettiene et de saison. Les autres émissions sont en ligne ici.

Visuel  : Sa bouche ne connaît pas de dimanche © Christophe Raynaud de Lage

Ces musiciens qui se filment dans leur confinement (34)
Interview confinée de Pantxika de Paepe : « la folie romanesque de cet homme ne peut qu’aider aujourd’hui »
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *