Actu

Netflix absent du Festival de Cannes 2018

Netflix absent du Festival de Cannes 2018

04 mai 2018 | PAR Claudia Lebon

A la suite de la polémique suscitée par la présence de deux films Netflix dans la sélection officielle de 2017, le géant américain du streaming boycotte le Festival de Cannes cette année.

14019907992_0544000a68_z

« Netflix est toujours le bienvenu à Cannes. Continuons à parler », affirmait en avril Thierry Frémaux, directeur du Festival de Cannes, en réponse au mécontentement de Ted Sarandos, chargé du contenu Netflix. L’origine de ce désaccord se situe au niveau du règlement, modifié pour cette édition 2018. Désormais, tout film en compétition à Cannes doit s’engager à sortir en salle. Cette nouvelle règle a été instaurée en réaction au refus de Netflix de diffuser ses deux productions en salle l’année dernière, Okja du Sud-Coréen Bong Joon-ho, et The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach, tous deux en compétition lors de la 70ème édition. Déçus, les organisateurs ont immédiatement réagi.

« Thierry a dit quand il a évoqué son changement de règle que l’histoire d’Internet et l’histoire de Cannes sont deux choses différentes. Bien sûr. Mais nous choisissons de nous positionner du côté de l’avenir du cinéma. Si le Festival de Cannes choisit de rester bloqué dans le passé du cinéma, très bien », avait déclaré Ted Sarandos. Cette nouvelle condition se heurte en effet au modèle de Netflix qui priorise la diffusion de ses films sur sa plateforme.

De plus, une autre spécificité française, la chronologie des médias, impose un délai de trois ans après la sortie en salles avant que le film ne soit disponible sur une plateforme de vidéo par abonnement. Si Netflix est prêt à diffuser ses productions dans les salles françaises, il est beaucoup moins enclin à respecter ce délai de 36 mois.

Cette situation est aussi dommageable pour Netflix que pour le festival qui se voit renoncer à des films intéressants, dont un qui aurait pu faire partie de la compétition. En tournant le dos à Cannes, le géant américain perd l’occasion de bénéficier d’une grande visibilité auprès de grands noms du cinéma.

Visuel © CC BY-SA 2.0

PLK continue son ascension et vise le Platinium
Une deuxième Triennale accueillante et liquide [Bruges]
Claudia Lebon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *