Actu
Nathalie Bondil, la directrice française du Musée des beaux-arts de Montréal, limogée

Nathalie Bondil, la directrice française du Musée des beaux-arts de Montréal, limogée

16 juillet 2020 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Soupçonnée de harcèlement psychologique persistant, la directrice du prestigieux musée canadien à été congédiée, selon un communiqué de presse, ce lundi 13 juillet. 

C’est dans un communiqué de presse que le conseil d’administration du MBAM a annoncé sa décision de se séparer de sa directrice, Nathalie Bondil. « Depuis l’an dernier, le musée a vu plusieurs départs d’employés-clés et a été mis au courant de témoignages troublants d’employés faisant état d’une détérioration évidente du climat de travail », explique le communiqué. 

Arrivée au Musée des beaux-arts de Montréal en 1999, la Française, diplômée de l’École du Louvre, dirigeait le musée depuis 2007. « Madame Bondil a contribué de façon significative au développement du musée », reconnaît le conseil, qui qualifie de « regrettable » la fin d’une « association remarquable de plus de vingt et une années ». Michel de la Chenelière, président du conseil, assurera l’intérim en attendant la nomination d’un successeur, mais regrette le climat de travail qui pesait à l’intérieur du musée dont la réputation est pourtant très humaniste. 

Nathalie Bondil se dit victime d’un « lynchage » de la part d’un conseil d’administration qui aurait « pris le contrôle » du MBAM. Au lendemain de son congédiement-surprise, elle se défend et dénonce des influences internes qui auraient entravé les bonnes relations parmi les professionnels du musée. Elle signale notamment l’embauche récente de Mary-Dailey Desmarais, membre d’une famille très influente au MBAM, comme directrice de la conservation, poste créé, selon elle, pour diminuer ses tâches et son pouvoir. Elle  insiste pour dire que la raison invoquée n’est qu’un prétexte pour masquer des irrégularités et une mauvaise gouvernance du conseil d’administration de l’institution. 

Avant l’annonce de son licenciement, Nathalie Bondil avait reçu le soutien de la ministre québécoise de la Culture, Nathalie Roy, qui s’est dit « estomaquée » par ce licenciement. « Nathalie Bondil est une sommité mondiale dans le monde muséal – et une femme directrice générale, qui plus est – qui fait un travail remarquable au MBAM, avait-elle déclaré au quotidien La Presse. Je ne comprends pas pourquoi le conseil d’administration voudrait se priver de ses services alors que les grands musées de ce monde se l’arrachent. »

 

Visuel : © Thomas1313 

Mort de Delphine Levy, directrice des Musées de Paris
Les Hortillonnages d’Amiens : la jeune création et la nature célébrées dans la capitale historique de la Picardie
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *