Actu

« Montage of Heck », les dessous de Kurt Cobain

« Montage of Heck », les dessous de Kurt Cobain

10 avril 2015 | PAR Simon Théodore

À l’occasion de la sortie du documentaire Kurt Cobain : Montage of Heck, Frances Bean Cobain, l’unique enfant du légendaire couple Kurt Cobain-Courtney Love, s’est confiée au magazine Rolling Stone. Sans vraiment avoir connu son père, elle le dévoile, avec des images inédites, comme un être humain.

frances cobain par watheverLiveDe Nirvana, l’histoire n’aura retenu que la divinité Kurt Cobain. Héros de plusieurs générations d’adolescents, il prêcha la sainte parole à travers l’album Nevermind (1991). Le grunge de Seattle pourrait presque se résumer à ce simple disque. À 27 ans, il se suicida, entra dans le  fameux club des 27 aux côtés de Janis Joplin, Jim Morrison ou encore Jimi Hendrix et laissa une petite fille, alors âgées de deux ans. Dave Grohl (batterie) s’en sorti avec les Foo Fighters tandis que Krist Novoselic (basse) tomba dans les oubliettes.

Vingt ans plus tard, un nouveau documentaire à l’initiative de la chaîne HBO, réalisé par Brett Morgen et co-produit par sa fille, va sortir en salle. À cette occasion, l’ancienne stagiaire du magazine Rolling Stone s’exprime, pour la première fois, dans les lignes de ce même journal. Intitulé Kurt Cobain : Montage of Heck, ce nouveau long métrage vise à redonner une dimension humaine au chanteur-guitariste, plus connu mort que de son vivant. Interrogée par le journaliste, elle affirme ne pas être fan de la musique de son père et que celui ci « voulait connaître le succès avec son groupe mais ne pas être la voix de toute une génération. » Ce film devrait contribuer à déconstruire la légende Cobain et toute la mythologie qui l’entoure.

Malgré un timbre de voix évoquant celui de l’icone grunge, Frances Cobain ne se voit pas faire carrière dans la musique. En 2006, elle a travaillé en tant que modèle pour la revue Elle et, par la suite, elle est devenue artiste peintre et photographe. Le documentaire a déjà reçu les honneurs au festival Sundance et à Berlin. Il sortira en France, le 4 mai, pour une séance unique, dans une centaine de salles à travers le pays.

Visuel : (c) WhateverLive (wikipedia)

[Chronique] « Asunder, Sweet and Other Distress » de Godspeed You! Black Emperor : plaisir et frustrations
Gagnez vos places pour le film « Taxi Téhéran » de Jafar Panahi
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *