Medias

Les programmes courts à la télévision

Les programmes courts à la télévision

07 avril 2012 | PAR Melanie Bonvard

Outre les journaux télévisés de quinze minutes ou le zapping, la fiction va droit au but elle aussi et résume une histoire en un temps record. Depuis quelques années, les programmes de séries courtes fusent à la télévision… De Bref, en passant par Scènes de Ménage sans oublier Un gars, une fille, pourquoi l’éphémère artistique cartonne sur les petits écrans ?

Nos cultures sacralisées

L’information donnée de façon furtive c’est aussi possible dans les créations télévisées. Le thème de prédilection ? Le quotidien, toujours le quotidien. Aujourd’hui les séries, au lieu de faire rêver avec des personnages inexistants, beaux et riches, font rêver avec des personnages banales. Le voisin de palier, la boulangère à l’angle de la rue, le collègue de travail, la sœur ou encore l’ex sont à l’honneur. L’élément déclencheur et à succès est probablement Caméra Café, produit par Calt en 2001. A travers  les aventures comiques d’une entreprise, tous les stéréotypes des bureaux professionnels sont étalés. La pause café devient un moment simple mais hilare. Un gars Une fille, diffusé pour la première fois sur France 2, narre les aventures rigolotes d’un couple trentenaire. Des hauts, des bas, des belles mères, des amis, des jalousies, des petits déjeuners explosifs… Tout y est pour que le spectateur se sente concerné. Le quotidien est sacralisé pour lui donner de la valeur. Et Scène de Ménage va plus loin, en mettant en avant toutes les générations d’amoureux. Le couple de trentenaires, de quadras et retraités se retrouvent sur l’écran. Chaque épisode joue sa qualité sur la chute de l’histoire, brutale mais efficace. Ce format court passe à l’heure du repas ou pendant que le téléspectateur se brosse les dents… En somme, les programmes évoquant la vie de tous les jours sont diffusés pendant que chacun pratique, justement, ces petites habitudes quotidiennes.

 

Pourquoi ça marche ?

Souvent les programmes courts semblent rivaliser de laconisme. Alors que des séries comme Scènes de Ménage ou Un gars une fille jouent sur la chute d’une histoire pour plaire, une nouvelle série a trouvé le moyen de faire exploser les audiences depuis peu. Bref est le nouveau phénomène et c’est Canal + qui peut en être fier. Fondé encore une fois sur des situations banales,  Bref mise tout sur son montage. La rapidité des plans, du débit de parole de la voix off et des situations furtives ne fait pas attendre le spectateur et le laisse en haleine. Pour éviter qu’il ne zappe, la série Bref le fait à sa place. Egalement concentrées sur le montage intelligent, les nouvelles créations françaises utilisent aussi le scenario à sketch. Le Palmashow, diffusé sur Direct 8, présente un programme nommé Very Bad Blagues. Avec son aspect parodique, la série se moque de la télé qui se fout de la télé. D’un autre côté, revient toujours cette façon de sacraliser le quotidien de tous. Sauf que ici, le lieu reste le même et ce sont les personnages qui changent.  En trois minutes, jamais les mêmes individus n’apparaissent. Le téléspectateur découvre toutes les (seulement) 20 secondes une personne différente dans la même situation.

Le spectateur d’aujourd’hui est un « Homme pressé », comme dirait Noir Désir, qui a besoin d’être diverti au plus vite. La série télévisée qui fragmente nos vies est véritablement la clé du succès.

Zapping musical et culture du single, la mort de l’album est-elle annoncée ?
BRIDGET CROFT : la fille fragmentée
Melanie Bonvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *