Medias

Léa Salamé : une recette à la sauce aigre-douce

Léa Salamé : une recette à la sauce aigre-douce

11 septembre 2014 | PAR Megane Mahieu

Double emploi pour cette journaliste franco-libanaise depuis le début du mois : elle officie le matin en semaine en compagnie de Patrick Cohen dans le 7/9 de France Inter, et chronique dans l’émission de Ruquier « On n’est pas couché » le samedi soir.

I>Télé, « épisode du décolleté », mordante, studieuse … c’est une bulle de mots qui vient à l’esprit quand on parle de Léa Salamé.

Fille du grand politologue Ghassan Salamé (passé entre autres par le ministère de la culture du Liban de 2000 à 2003), Léa Salamé peut se flatter d’un parcours brillant. Du Liban à Paris (Ecole Alsacienne, études de droits à Assas, Science-Po) en passant par New-York où elle étudie le journalisme. Présente sur place au moment des attentats du 11 septembre, la jeune femme décide de se consacrer à cette voie et de plonger dans l’adrénaline de l’actu.

Des bancs de Science-Po aux plateaux de télévision, il n’y a qu’un pas que Léa Salamé n’a pas eu trop de mal à franchir. Propulsée par Jean-Pierre Elkabach sur Public Sénat, elle atterrit ensuite sur France 24, une période fructueuse où elle met à profit sa connaissance profonde des grands dossiers internationaux.

Pourtant, il faudra attendre 2013 pour que le public mette un nom sur ce visage. Cette année-là, Léa Salamé fait la médiatrice tonique et incisive dans le tandem Zemmour / Domenach pour l’émission « Ça se dispute ».

Depuis septembre, c’est sur France Inter et France 2 que Léa Salamé se fait entendre. Son interview de 7h50 chez Patrick Cohen a comme des accents de Pascale Clark, la voix célèbre de France Inter occupant dorénavant le crénau 21h-23h avec A’live.

Jouant sur tous les tons et tous les fronts, Léa Salamé dégaine : le stylo en main, paradoxale pour celle qui officie plutôt par la parole, elle joue la studieuse piquante.  Ainsi, dans l’émission du 6 septembre de Ruquier, c’est Mélissa Theuriau venue présenter son dernier documentaire « Liberté, égalité, improvisez ! », qui en fait les frais. L’altruisme de l’ex présentatrice de « Zone Interdite » fait dire à Léa Salamé : « C’est le conte de Noël offert par le couple Jamel Debbouze-Mélissa Theuriau en avance. J’ai trouvé qu’il y avait un petit zeste du ‘Cercle des poètes disparus’, un petit côté Jean-Paul II avec ‘n’ayez pas peur’, et un petit côté Jacques Martin, ‘tout le monde gagne à la fin’. Il est sympathique votre documentaire. Sur la morale de l’histoire, l’improvisation théâtrale qui pourrait changer les mentalités et convertir les jeunes défavorisés à la lecture et à la culture. Je ne suis pas complètement persuadée. »

Aymeric Caron, son coéquipier lui n’est pas plus tendre. Dur, sans que cela frôle l’indécence, Léa Salamé semble pour l’instant à son aise en remplaçante de Natacha Polony. Lorsque Laurent Ruquier dit « C’est du Caron ça ! » après la tirade du chroniqueur végétarien, espérons qu’il épargne le même étiquetage à la jeune journaliste …

Visuel :©capture d’écran

[Critique] « Mommy » : Xavier Dolan filme avec maestria l’amour impossible entre une mère et son fils
James Bond perd son Requin
Megane Mahieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *