Medias

L’application France Musique censurée par Apple

L’application France Musique censurée par Apple

07 mai 2015 | PAR Flora Vandenesch

Le géant Apple multiplie les censures. La marque américaine s’en prend cette fois à l’application France Musique, affiliée à radio France, en la supprimant de l’Apple Store. Depuis lundi, elle n’est plus disponible sur iPhone et iPad. En cause : une émission de France Musique « Dans l’air du soir » dédiée à l’érotisme. Cette dernière, présentée par François-Xavier Szymczak, était illustrée par « l’Olympia »  de Manet, un tableau représentant une femme nue.

Le directeur des nouveaux médias de Radio France, Laurent Frisch, a annoncé lundi sur Twitter qu’Apple avait retiré l’application de son système d’exploitation iOS « pour cause de contenus adultes ». La suppression suit de près la mise en ligne d’une émission proposée en podcast et traitant de l’érotisme dans la musique. Parmi les morceaux choisis, on a pu entendre « Il estoit une fillette » de Clément Janequin, « Auprès du feu l’on fait l’amour » de Marc-Antoine Charpentier, des extraits de « Carmina Burana » de Carl Orff, « Salomé », « Danse des sept voiles » et « Feuers not » de Richard Strauss, ou encore « Les bijoux » d’Yves Montand.

On ne compte plus les censures d’Apple qui ont porté atteinte à la liberté d’expression artistique en France. En mars 2014, la marque à la pomme censurait un roman français, l’œuvre de Bénédicte Martin, « la Femme », au motif qu’une femme nue est représentée sur la couverture. Avait suivi un refus ferme de diffuser la version numérique du livre, en raison de sa couverture jugée « inappropriée ». Un exemple frappant des excès de la pudibonderie américaine. Et ce n’était pas la première fois qu’Apple refusait de diffuser un livre en raison d’une illustration. En 2012, la couverture d’un livre pour enfant, « T’Choupi part en pique-nique », avait été interdite par Apple sur l’iBook Store pour cacher sous des étoiles le mot « nique », jugé lui aussi inapproprié. L’ironie étant qu’Apple avait publiquement soutenu les défenseurs de la liberté d’expression en s’associant au mouvement « Je suis Charlie » après les attentats survenus en janvier dernier.

Le géant industriel censure toutes les applications qu’il juge « non conformes ». Non conforme à quoi? A une certaine moralité. Il s’agirait peut-être alors de redéfinir une notion commune à tous, et ce, dans des pays aux coutumes et aux pratiques très différentes selon que l’on passe une frontière (virtuelle ou non), de ce que signifie la moralité. Notion qui parait bien subjective, et qui, d’après Apple, ne toucherait pas à tout ce qui a trait au sexe, de près ou de loin, que ce soit ludique ou culturel. Pour appliquer son droit de regard, Apple utilise l’Apple Store, qui permet l’accès à l’ensemble des programmes développés pour le téléphone. Mesure drastique, qui handicape sérieusement un média quant à la portée de sa diffusion sur les mobiles.

Si France Musique souhaite être de nouveau disponible sur l’Apple Store, elle devra supprimer le contenu jugé litigieux ou bien demander à changer de catégorie, celle réservée aux personnes averties. Avertis? Oui, nous le sommes.

[Live report] Sabine Devieilhe et Anne Le Bozec à l’Opéra de Lyon : tout un programme !
« L’histoire de Manon » à Garnier : le dernier ballet de l’étoile Aurélie Dupont
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *