Medias

La France ou comment perdre lamentablement contre le Mexique

18 juin 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Des supporters déçus par une prestation digne des équipes les plus minables au monde. Avec un score final de 2 à 0 en faveur de l’équipe latino-américaine, l’équipe de Domenech (qui au passant est un sélectionneur transparent) n’a presque plus aucun espoir de se qualifier.

Les bleus ne sont pour le moment pas éliminés de la coupe du monde, cependant la qualification en 8ème tient plus du miracle que de l’effort sportif. Ainsi avec une défaite pitoyable dans le stade de Polokwane, l’équipe de France est relayé à la troisième place aux côté des Sud-Africains qu’ils rencontreront mardi prochain à Bloemfontein. Pour poursuivre dans la compétition, les hommes en bleus n’ont plus qu’à gagner contre le pays organisateur avec un score d’au moins 3 buts. Ce qui au vu de leurs dernières performances (3 buts en 6 matchs dont un contre leur camp) risque d’être une mission impossible. Il est bon de préciser qu’en cas de match nul entre les deux leaders, c’est à dire l’Uruguay et le Mexique, les hommes au maillot tricolore n’auront plus qu’à faire leurs bagages. Pour ceux qui supportent encore l’équipe de France, une promotion sur les cierges est effective jusqu’à mardi prochain à la cathédrale de Notre-Dame.

On refait le match ?

Une première partie de match plus que décevante, la défense française ne parvient pas à contenir le jeu rapide des mexicains qui n’hésitent pas à mettre en danger les bleus sur des frappes qui heureusement ne sont pour la plupart pas cadrées. Loris réussi à plusieurs reprises à sauver son équipe, le dernier rempart est le seul défenseur que l’on ait eu la chance d’apercevoir devant le but. En effet les erreurs de défense ont laissé un boulevard de tentatives aux verts qui ont su pour leur part saisir les occasions. Une défense à l’image de Gallas et Abidal qui au lieu de rassurer faisait trembler les supporters français. Pour exemple, nous retiendrons que dés la 3ème minutes, la défense est percée par l’attaque verte et la frappe rebondit sur le poteau français avant que Vela ne soit signalé hors-jeu. L’attaque ne fait pas mieux, avec quelques balbutiements de la part de la paire Malouda/Diaby, les français n’arrivent pas à mettre réellement en danger le goal mexicain. A la mi-temps, le bilan est plus que partagé, les joueurs de Domenech enchainent les erreurs de débutants mais possèdent tout de même quelques temps forts à base de phase de jeu rythmé et offensif.

A la 46 ème minute, Domenech se décide enfin à remplacer Anelka (qui n’a pas marqué un seul but en trois mi-temps) par Gignac. Le toulousain arrive motivé sur le terrain et tente d’emblée de faire la différence mais malheureusement il ne fait pas mieux que son prédécesseur. Avec le rééquilibrage permis par Gignac, les français arrivent à s’offrir quelques occasions à la 54ème et la 55ème où Malouda et Ribéry frappent coup sur coup obligeant le gardien Perez à suer un peu. Mais quelle déception lorsqu’après une accélération transperçant les quatre boulets arrières (Evra, Abidal, Sagna et Gallas). Voulant profiter du hors-jeu, ils laissent Hernandez seul face à Loris qu’il efface avec un crochet inscrire le premier but pour sa nation. Une pure honte pour l’équipe de France ! A l’image du match, les français n’attaquent pas la balle et jouent trop souvent le hors-jeu se mettant donc inutilement en danger. On aurait cru une rediffusion du match Nigéria/Argentine. Cependant le pire reste à venir, à la 79ème le défenseur de Barcelone Abidal fauche Barrera dans la surface de réparation. La sentence est immédiate.             Lors du penalty, bien que Loris parte du bon côté, Blanco dépose une balle frôlant le poteau du côté gauche. Le reste du match est tout aussi consternant, les joueurs ne gardant pas leurs positions et personne ne tentant de faire la différence. Même l’énergie du désespoir reste invisible bien que Valbuena entre en jeu et se donne à fond.

Des explications à cette défaite ?

On peut débuter cette légère argumentation par les choix incompréhensibles de Domenech. Pour commencer, si l’équipe s’est entrainée durant ses trois matchs de préparation à une formation de type 4-3-3, alors pourquoi pendant les matchs de la coupe a-t-elle adopté le 4-2-3-1 ? Peut-être une sombre stratégie pour embrouiller les équipes adverses qui auraient étudié la manière de jouer des français ? D’autre part le sélectionneur n’a pas titularisé Gourcuff alors qu’il présentait toutes les qualités requises pour effectuer une bonne performance. Les bleus méritent-ils de porter le maillot de toute une nation ? Durant le match d’hier, les joueurs avaient la flemme de capter les ballons. Aucun n’a vraiment fait l’effort de se surpasser hormis quelques tentatives infructueuses. Pourquoi des joueurs comme Ribéry pour le Bayern ou Anelka pour Chelsea n’arrivent pas à donner autant que dans leurs clubs ? Pour finir, les tensions internes à l’équipe de France ont certainement ruiné la bonne passation de balle avec les relations tendus des uns et les exigences de postes des autres.

Reprise du Monde : verdict le 28 juin
Cherkaoui en triptyque à la Villette
Tristan Karache-Prudent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *