Medias
Eric Besson et son plan France Numérique

Eric Besson et son plan France Numérique

01 décembre 2011 | PAR Amelie Terranera

Éric Besson, le ministre en charge de l’Économie numérique a présenté le bilan du premier volet du plan France Numérique et a annoncé les axes pour les huit prochaines années.

Le ministre a dressé les grandes lignes du plan France Numérique, qui liste 57 objectifs pour développer l’économie numérique. Il a présenté le numérique comme une stratégie d’avenir, vecteur de croissance et d’emplois : « En France, l’économie numérique a créé 700.000 emplois nets en 15 ans et en créera 450.000 supplémentaires d’ici 2015 », a affirmé Eric Besson en présentant le plan à l’université Paris Dauphine.

Le numérique, une priorité stratégique

« A l’horizon 2020, la maîtrise du numérique deviendra autant un enjeu de survie que de compétitivité pour les entreprises. L’utilisation du numérique sera donc généralisée dans 100% de nos entreprises, particulièrement dans nos PME et TPE ». Actuellement, « plus de 95% des entreprises françaises disposent d’une connexion haut débit et plus de 60% un site internet », a affirmé le ministre.

Le plan France Numérique 2020 « est un plan qui rapporte de l’argent à l’État, parce qu’il porte un effort de diffusion des technologies de l’information et donc de compétitivité de nos entreprises. Un exemple : libérer des fréquences pour nos opérateurs développe notre économie et rapporte de l’argent à l’État », a expliqué Éric Besson, avant d’ajouter, « les besoins en débit mobile croissent de manière exponentielle, la disponibilité de fréquences de qualité sera l’un des facteurs clefs de notre compétitivité au cours de la prochaine décennie ».

Le ministre, qui souhaite utiliser le numérique pour faire gagner en compétitivité l’ensemble de l’économie, devrait aussi mettre la priorité sur le cloud computing (l’informatique délocalisée).

Source de croissance et d’emploi, le numérique en France revêt de multiples facettes : télévision hertzienne au tout-numérique (TNT), l’Internet très haut débit mobile, 4G…

Certains points du plan, à l’instar de l’objectif de couverture du territoire en fibre optique, étaient déjà connus ou sont en cours de réalisation. En ce qui concerne le développement de l’administration électronique, mesure qui intéresse tous les administrés qui souffrent des files d’attente interminables, le plan prévoit que d’ici 2013, « 100% des démarches les plus attendues seront disponibles sur internet » et que d’ici 2020, « le papier devra être définitivement abandonné et l’intégralité des démarches administratives seront dématérialisées ». Cette proposition semble aller dans le sens de la protection de l’environnement et de l’économie budgétaire. « 78% des procédures administratives sont aujourd’hui dématérialisées, contre 30% en 2007 », a insisté Éric Besson.

La France se situant seulement au 20e rang en termes de ratio numérique/PIB, il est nécessaire d’effectuer de nombreux efforts. Mais dans un contexte de dépenses publiques en baisse, la France peut-elle se contenter de simples déclarations d’intention ?

 

 

 

 

Angelo Rinaldi et Eric Zemmour, le prix de la Discorde
« Lettres à Yves » : dernier adieu de Pierre Bergé à son grand amour
Amelie Terranera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *