Medias

Annulation de la saison 2013 de Koh Lanta

Annulation de la saison 2013 de Koh Lanta

25 mars 2013 | PAR Camille Hispard

Après le décès jeudi de Gérald Babin, candidat de 25 ans participant à la nouvelle saison de Koh Lanta, TF1 annonce l’arrêt imminent du tournage de la 16ème saison de l’émission.

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans la sphère médiatique et plus particulièrement dans le monde désormais très prisé de la télé-réalité. Jeudi 21 mars, Gérald Babin, jeune homme de 25 ans dont le rêve était de participer à l’émission de Koh Lanta décède des suites d’une crise cardiaque. C’est durant le premier jour du tournage de la 16ème saison de Koh Lanta qui se déroulait au Cambodge qu’a lieu l’incident mortel. Pendant la première épreuve, le candidat se plaint de crampes ; il est alors immédiatement amené à l’infirmerie en bateau. C’est à ce moment là qu’à lieu la première attaque. Le médecin parvient à réanimer Gérald Babin et alerte aussitôt la production afin de le transférer en hélicoptère à l’hôpital le plus proche, soit celui de Sihanoukville. Pris d’un nouveau malaise lors du transport, le coeur repart mais ne tiendra pas lors d’une nouvelle attaque à l’hôpital, cette fois-ci fatale pour le jeune homme. Le corps du défunt a été rapatrié à Phnom Penh par des responsables français et des membres du ministère cambodgien du tourisme.

Après ce drame sans précédent en France dans l’histoire de la télé-réalité, les 17 autres membres du jeu ont évidemment été rapatriés ce matin à Paris où ils ont été accueillis au siège de TF1 par le président de la chaîne Nonce Paolini, le directeur des programme, Jean-François Lancellier, ainsi que par des représentants d’ALP (Adventure Line Productions), la société de production de Koh Lanta. TF1 et l’ALP ont déclaré dans un communiqué de presse commun : « Il a été aussitôt décidé d’arrêter le tournage et de rapatrier dès que possible toutes les équipes à Paris. » Une cellule psychologique a été mise en place pour accompagner les proches, les participants et les équipes de production.

Ce tragique incident met en avant la responsabilité des chaînes face au concept même de ces émissions. Certes, aucune négligence médicale n’est mise en cause dans ce cas précis, les productions effectuant bien entendu des tests médicaux sur les candidats afin de certifier qu’ils sont en bonne condition physique pour participer au jeu de survie. Mais à la vue de tous ces candidats qui après quelques semaines de jeu se retrouvent amaigris et à bout de force, on peut se poser la question de la dangerosité d’une telle émission. Koh Lanta joue au jeu des aventuriers abandonnés sur une île, sans ressources, livrés à eux-mêmes. Malgré un encadrement féroce et des mesures de sécurité irréprochables, comment anticiper les réactions d’un organisme dans des conditions aussi extrêmes ? De plus, si pour la France il s’agit du premier accident de ce genre, deux pays ont déjà connu des tragédies similaires. En effet, en mai 2009, un candidat de la version bulgare de Survivor a été victime d’une crise cardiaque. Quelques mois plus tard, c’est un candidat pakistanais qui se noie devant les caméras lors d’une épreuve de natation. Des cas dramatiques qui se multiplient et qui devraient alarmer la production de Koh Lanta qui ne s’est pour l’heure pas encore prononcée sur un arrêt définitif de l’émission. Il est peu probable d’envisager cela étant donné les audiences de cette télé-réalité qui réalise des parts d’audience de 29% et des écrans de pub culminant à 95 000 euros les 30 secondes pour la finale !

Attendons donc de voir dans les quelques mois à venir la réaction de TF1 ainsi que celles de la famille du défunt. Ce qui est sûr c’est que plus les candidats sont maigres,en proie à des malaises, et prêts à se marcher dessus pour un grain de riz, plus ça fait vendre. Aura-t-on un jour le droit à La Mort en Prime Time comme dans le thriller de Jean-Luc Bizien dans lequel des candidats de télé-réalité meurent en direct ? Espérons que non.

 

Visuel (c) : capture d’écran émission Koh Lanta.

Acient greek sandals, ou les chaussures qui volent vraiment…
663 oeuvres de l’artiste Foujita données à la ville de Reims
Camille Hispard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *