Actu
Marine le Pen : pas encore élue, déjà des abus

Marine le Pen : pas encore élue, déjà des abus

01 décembre 2015 | PAR Clémence Charrier

Après que la une du quotidien La voix du Nord a fait grande impression auprès de nombreuses personnes, Marine le Pen a annoncé sa volonté de supprimer les subventions du journal.

La une du lundi 30 novembre du journal du Nord Pas de Calais La voix du Nord témoigne d’une inquiétude quant à une possible victoire du FN aux régionales. Basé sur des informations plus factuelles que véritablement partisanes, cet article explique les différentes raison de cette inquiétude : « Parce qu’il se contredit », « Parce qu’il n’a pas d’expérience », entre autres.

Terriblement vexée, Marine le Pen a d’ores et déjà commencé à confirmer les dires de ses détracteurs. De quelle façon ? Tout simplement en affirmant qu’elle souhaite supprimer les subventions régionales du quotidien, si tant est qu’elle soit élue. Selon elle « Ces médias sont achetés par un exécutif et le moment venu, ils rendent la monnaie de l’énorme subvention qu’ils ont touché […] C’est la raison pour laquelle ils nous attaquent, ils cherchent à défendre leurs subventions alors qu’il y a un million de pauvres dans notre région. » Un affirmation qui, en plus de faire preuve d’un populisme à toute épreuve, se trouve être faux. En effet, le groupe Rossel-La Voix, propriétaire du quotidien, a affirmé au Figaro « que les subventions évoquées par Marine Le Pen ne concernent pas le journal La Voix du Nord, mais des aides à la production pour des courts et longs métrages ensuite diffusés sur la chaîne de télévision Weo, qui appartient au groupe Rossel-La Voix« .

Avec cette polémique, Marine le Pen nous confirme trois de ses tendances. La première : une fâcheuse obsession pour les fausses affirmations, comme nous l’a récemment rappelé son interview dans la matinale de Patrick Cohen sur France Inter, où elle avait subi une intense session de « fact checking », lors de laquelle ses affirmations étaient vérifiées en direct, et corrigées si elles s’avéraient fausse. Encore une fois vexée, la candidate était partie du studio avant la fin de l’émission.

La deuxième : une irrésistible envie de réfuter toute voix qui s’élève contre elle, et d’user de tous les moyens pour la faire taire. Tout le monde se rappelle de ce fameux non-débat lors de l’émission politique de France 2 Des paroles et des actes en 2012. Elle avait alors catégoriquement refusé d’adresser le moindre mot à Jean-Luc Mélenchon, qui essayait pourtant d’initier une discussion. En menaçant de supprimer les subventions de La Voix du Nord, Marine le Pen nous rappelle qu’accepter la critique, l’analyse, ou l’opposition est loin d’être son fort. Faire taire ce qui ne le donne aucun crédit est même une de ses spécialités, spécialités qui n’est de bon augure pour aucun type d’expression, aussi libre soit-il censé être.

La troisième ? Elle découle de la précédente : la répression des libertés fondamentales. La liberté d’expression ne semble pas être une notion familière de la candidate, ni digne de son respect. Avec cette promesse, Marine Le Pen rappelle à l’ensemble des français à quel point elle méprise ce qui constitue pourtant l’un des fondement de sa France qu’elle chérit tant. Réprimer la presse en exerçant des sanctions lorsque ses affirmations ne sont pas en adéquation avec l’esprit d’une voix politique constitue une véritable violation de la liberté d’expression. N’est-ce pas elle, pourtant, qu’elle prétend défendre sans cesse ? Contradiction, quand tu nous tiens.

Quoi qu’il en soit, cette polémique nous donne un avant (mauvais) goût de ce que à quoi l’on peut s’attendre dans le cas d’une victoire de Marine le Pen, en matière de liberté de la presse. De quoi donner froid dans le dos.

VISUELS : © Une de La Voix du Nord

Gagnez vos places pour le Winter Camp Festival
Delphine de Vigan lauréate du 28ème Prix Goncourt des Lycéens
Clémence Charrier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *