Actu

Marie-Marthe FAUVEL nous parle des célébrations dans le Doubs du Bicentenaire Courbet

Marie-Marthe FAUVEL nous parle des célébrations dans le Doubs du Bicentenaire Courbet

20 mars 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Marie-Marthe FAUVEL, Chargée de mission Bicentenaire Courbet– Département du Doubs a accepté de nous parler des grands temps de cette célébration qui se tient dans tout le département.


Une première question volontairement innocente : Qu’est ce qui relit le Doubs à Courbet ?

Courbet est né dans le Doubs le 10 juin 1819, à Ornans. Il a beaucoup parcouru la vallée de la Loue qu’il affectionnait particulièrement et qu’il a peint à de nombreuses reprises. C’était un terrien, fils d’un propriétaire terrien non pas noble mais bourgeois éclairé disons. Il est bien sûr « monté » à Paris pour faire carrière mais il n’a eu de cesse de revenir dans sa vallée, tout au long de sa vie, pour s’y réfugier ou tout simplement pour revenir visiter sa famille, se ressourcer dans les lieux qu’il aimait. Courbet a peu parcouru le Doubs. Il est resté essentiellement à Ornans, dans la vallée de la Loue et sur le chemin de la Suisse (Malbuisson, Pontarlier, Suisse…)

Le Musée Gustave Courbet appartient au Département du Doubs, tout comme la ferme de Flagey et l’atelier du peintre. Les sentiers Courbet ont été également aménagés par le Département qui, plus largement, développe une politique culturelle dédiée à Courbet sur l’ensemble du Pays de Courbet, pays d’artiste.

Avez-vous pensé un parcours, peut-être numérique ou physique, pour guider les curieux dans cet immense parcours ?
Nous allons mettre en place une application numérique sur le Pays de Courbet, pays d’artiste, qui permettra de randonner sur les sentiers Courbet en redécouvrant la comparaison entre les tableaux de Courbet et les paysages qu’il a peints. Cette application permettra aussi de découvrir le jardin de la ferme de Flagey et de faire une visite muséale différente. Cette application dans sa première version verra le jour pour les journées du patrimoine (20 sept 2019) et sera complétée d’autres parcours sur le Pays de Courbet dans les années à venir.

Ce n’est pas moins de 200 événements que le département propose. Cela est dément ! Quel est le fil programmatique de toutes ces manifestations qui sont très plurielles ?
Nous avons en réalité programmé 150 dates en tout et nous avons reçu entre 250 et 300 propositions de projets (j’en reçois encore aujourd’hui !). Le choix a été difficile, comme vous pouvez l’imaginer ! Nous avons voulu faire en sorte que tous les habitants du Doubs et les visiteurs puissent s’approprier le Bicentenaire et surtout l’œuvre et la personnalité de Courbet : nous voulions inviter à la fête et partager cette année exceptionnelle. La programmation est donc volontairement éclectique. Elle allie des moments de haut niveau scientifique (colloque, expositions du musée et de la ferme, cycle de conférences…), des moments de fêtes populaires (sons et lumières, spectacles aux esthétiques diverses, célébration des 10 ans d’ouverture de la ferme de Flagey…), des événements pour vivre le bicentenaire en plein air et découvrir le monde « réel » de Courbet (week-end vélo, trail spécial Courbet, application numérique pour randonner sur les sentiers Courbet…), publications pour adultes et pour adolescents (un opus de la collection « Ceux qui ont dit non » en partenariat avec Actes sud junior), actions de médiation dans le cadre de la politique de développement organisée par le Pôle Courbet ou organisation d’une série radiophonique avec les collèges du Doubs…

Est-ce que ce bicentenaire sera l’occasion de découvrir un autre Courbet ? Je pense à Courbet dessinateur mais il y a t-il d’autres inconnues ?

Je l’espère ! C’est bien l’objectif ! L’expo dessinateur annonce en effet la couleur si j’ose dire ! Nous souhaitons faire découvrir la personnalité de Courbet dans toute sa finesse et sa richesse. Courbet était un personnage très humain, très touchant, proche des siens. Il a connu des personnalités remarquables du XIX : Baudelaire et Proudhon avec lesquels il a été ami, il était très proche de Monet aussi qu’il a aidé, son portrait a été croqué par Maupassant sur la côte normande… Courbet n’était pas qu’un peintre provocateur, volontairement gouailler et scandaleux : il était aussi un témoin de son temps, un passeur, un révolutionnaire artistique en quelle que sorte et était doté d’une personnalité finalement très moderne. C’est tout ça que nous aimerions pouvoir faire toucher du doigt.

Un lieu de résidence d’artiste va naître. C’est une magnifique nouvelle. Pouvez-vous m’en dire plus ?
L’atelier sera en effet un lieu de résidence d’artiste à l’avenir. C’est bien le souhait du Département qui met actuellement en œuvre les travaux de préservation et de restauration nécessaire. Je ne peux malheureusement vous en dire beaucoup plus aujourd’hui mais nous aurons sans doute plus d’éléments à communiquer d’ici quelques mois.

 

Visuel : ©Département du Doubs

PAYSAGE->PAYSAGES, le Département de l’Isère regarde le patrimoine
L’Exposition ROUGE au Grand Palais : un voyage monochromatique au pays des Soviets
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *