Actu
Lula a été élu président au Brésil, un soulagement pour le monde de la culture

Lula a été élu président au Brésil, un soulagement pour le monde de la culture

02 novembre 2022 | PAR Julie Viers

Ce dimanche 30 octobre le Brésil attendait le résultat de l’élection présidentielle. Jair Bolsonaro, président d’extrême droite sortant, affrontait l’ancien président, Lula. Au terme de ce second tour extrêmement serré, Lula est élu président. Un soulagement pour le monde de la culture. 

Un homme de gauche 

Lula est issu d’une famille d’agriculteurs du Pernambouc, l’état le plus pauvre du Brésil. C’est le petit dernier d’une famille de huit enfants. Rapidement il intègre une usine de métallurgie et organise plusieurs grèves. Il en vient à présider le syndicat de métallurgie puis à fonder le parti des travailleurs. En 2002 et en 2008 il est élu président du Brésil avec plus de 60% des voix. Ses deux mandats successifs sont une grande réussite d’un point de vu social. En effet, 20 millions de brésiliens sortent de la pauvreté, 14 millions d’emplois voient le jour et la croissance du pays atteint les 6%. Lula est auréolé de ce succès dans le monde entier.

Mais en 2017 la justice le condamne dans l’enquête « Lava jato » pour des faits de corruptions passives impliquant la société pétrolière publique Petrobras. Après avoir passé un an et demi en derrière les barreaux, la Cour suprême annule finalement ses condamnations. 

Bolsonaro VS Lula : un pays fracturé

Au second tour de la présidentielle brésilienne, la gauche incarnée par Lula faisait face à l’extrême droite du président sortant Jair Bolsonaro. Ces deux hommes incarnent la division du pays d’Amérique du Sud qui ne compte que 2% d’indécis. Cette opposition très forte a donné lieu à une campagne politique qualifiée par certains de « caniveau ». Mathias Alencastro, chercheur au Centre brésilien d’analyse et de planification, confie à nos confrères du Monde : «Ce deuxième tour est une tragédie. On n’a pas parlé du futur du Brésil. Le débat est arrivé au quatrième sous-sol. Impossible de descendre plus bas ». 

Des artistes mobilisés

Depuis l’élection de Jair Bolsonaro à la tête du pays en 2018, le monde de la culture s’est mobilisé au Brésil. L’actrice et productrice Paula Lavigne a lancé le mouvement #342 pour regrouper les artistes et les inciter à s’engager en politique. Ainsi le top model Gisele Bündchen s’est mobilisé contre un décret présidentiel favorable à l’exploration minière dans une réserve naturelle protégée. Mais elle confie à Claire Gatinois, journaliste au Monde, « On s’endort le soir sans savoir quel cauchemar nous attend ». Ce sentiment est partagé par toutes les personnes s’opposant au régime autoritaire de Bolsonaro. L’acteur de la série Narcos, Wagner Moura, dit se sentir en danger dans son propre pays. Malgré cela les artistes ont continué à se mobiliser durant toute la présidence de Jair Bolsonaro. Ainsi des expositions, des concerts sont organisés pour défendre la cause noire, les minorités, les femmes, … 

Des Brésiliens en France

En France de nombreux artistes brésiliens se sont installés pour lutter contre le régime de Bolsonaro. Ils ont organisé des expositions comme celle aux Grandes Serres à Pantin en 2020. « Amanhã há de ser outro dia » rassemblait une vingtaine d’artistes. La commissaire de l’exposition, Sofía Lanusse, confie à Magali Lesauvage du Quotidien de l’art : « chaque artiste parle de la manière dont la politique brésilienne actuelle les atteintLeurs histoires sont différentes mais racontent la même chose, notamment par le biais du corps qui résiste ».

La résistance passe par l’art et est exprimée très clairement par les artistes à l’étrangers. Laura, la chanteuse du groupe Teto Preto, dit à Matthieu Culleron de Radio France : « En France les gens vont se confronter à la police mais ici c’est impossible car la police tue. La résistance viendra de l’art. ». Ainsi, dans le spectacle Métropole, Volmir Cordeiro « veut monter sur le ring pour se battre avec Bolsonaro, pour le faire dégager dans une danse de sorcier ». 

Volmir Coldeiro – Métropole

Quel avenir pour le Brésil ? 

Suite à cette victoire, avec une courte majorité (50,9%), Lula va pouvoir mettre en place son programme dès le 1er janvier 2023, date de son investiture. Durant la campagne il s’est fait le porte voix des populations les plus pauvres, du Nordeste. Il a promis de renforcer la protection sociale et de mettre fin aux guerres de gangs liées au trafic de drogue. Lula veut également défendre les droits et les territoires des indigènes en créant notamment un ministère dédié. Il souhaite mettre en place une politique de tolérance zéro contre la déforestation et les incendies en Amazonie. Dans un pays encore très homophobes, Lula s’érige en défenseur de la communauté LGBT+. Après avoir mis son bulletin dans l’urne, Lula a dit être confiant dans « une victoire de la démocratie ». Espérons qu’il arrive à redonner au Brésil de sa superbe. 

 

Visuels : 

Photo de Lula : ©PSB Nacional 40 – Creative Commons, Wikipédia 

Photo de Bolsonaro : ©Palácio do Planalto – Creative Commons, Wikipédia

Volmir Coldeiro – Métropole : ©Marc Chesneau

L’exploration de la Ménagerie de verre avec « Un spectacle »
La Ruche : Lionel Sabatté, des abeilles et du cristal
Julie Viers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration