Actu
L’Opéra de Paris fait le point sur ses activités par-delà une année 2020 plus que troublée

L’Opéra de Paris fait le point sur ses activités par-delà une année 2020 plus que troublée

20 novembre 2020 | PAR Yaël Hirsch

C’est donc  sous forme de webinaire zoom qu’Alexander Neef, le nouveau directeur de l’Opéra Paris depuis le mois de juillet  a pris la parole pour faire le point avec la presse sur les activités de l’Opéra de Paris en cette fin d’année 2020. A ses côtés, dans la salle de presse numérique : Aurélie Dupont, directrice du ballet et Martin Ajdari, directeur adjoint. 

Ce sont donc 145 représentations qui ont été annulées cette année de travaux et de double crise : sociale en début d’année et la Covid 19.  Plus de 80 millions de recettes perdues dans ce contexte dont 58 millions de pertes de billetterie et un mécénat a baissé d’un tiers a été plus résilient. En face : les charges ont baissé de 37 millions, a expliqué Martin Ajdari. Si les ressources propres jouent un rôle croissant dans le fonctionnement de l’Opéra de Paris (93,9 millions pour frais de fonctionnement cette année 2020), l’Etat lui vient en aide pour faire face aux années 2021 et 2022, où des pertes sont aussi prévues : une aide exceptionnelle de 81 millions a donc été accordée par le ministère de la Culture à l’institution sur 3 ans. 

Répétitions en novembre, spectacles espérés en décembre

Malgré ce bilan sombre, Aurélie Dupont et Alexander Neef nous ont rappelé que l’école de danse, l’académie, mais aussi le travail des costumes et décors et les répétitions se poursuivaient. Alexander Neef a aussi fait le point sur le grand projet de l’année repoussé depuis ce printemps : le Ring, dirigé par Philippe Jordan en acmé de ses 10 ans à la tête de l’Orchestre de l’Opéra de Paris et qui a été répété dans des conditions sanitaires et de tests systématiques stricts en espérant jouer en version concert ce mois-ci. Ce sera le cas, mais sans public. Et la captation par Radio France ne pourra pas avoir lieu dans l’ordre chronologique; la tétralogie sera donc diffusée en différé en décembre. 

Les spectacles de décembre :  La Traviata, La Bayadère  et Carmen, sont pour l’instant maintenus et en répétition et dépendent évidemment de la fin ou non du confinement. Et plusieurs récitals ont été ajoutés en décembre : Marianne Crebassa, Julie Fuchs et les Arts Florissants, ces derniers pour deux soirées.

Développement de l’offre numérique

Alors que l’on attend pour le 2 décembre sur la 3e scène de l’Opéra de Paris le film de Sergei Loznitsa, regroupant des images d’archives des plus prestigieuses soirées de gala au Palais Garnier dont le mythique récital de Maria Callas de 1958, « Une Nuit à L’Opéra », l’offre numérique se développe.  Pendant le premier confinement le programme l’Opéra chez soi a réuni plus de 2,5 millions de spectateurs.  Les spectacles étaient gratuits et diffusés pour un temps court, avec l’aval des ayants-droits. Pendant ce deuxième confinement, l’Opéra de Paris a travaillé une offre plus pérenne en ligne. Et a notamment avancé à décembre  la sortie d’une version expérimentale d’une vraie offre en ligne. En récupérant les droits, le projet est de mettre en ligne des spectacles depuis 2012, de proposer aussi des séries, des documentaires (comme une « saga » prévue sur les répétition de la Tétralogie, cette année) et les masterclasses de l’Académie et de l’école de danse. Le modèle économique est en réflexion, à l’heure ou la création de Eastman de Sidi Larbi Cherkaoui, Tess Voelker et Mehdi Kerkouche au Palais Garnier, ce vendredi 13 novembre a réuni 5000 spectateurs sur facebook  en livestream et a été téléchargé et payé 8500 fois au prix de 4,49€. Au-delà de la monétisation, l’objectif d’une offre numérique riche est évidemment surtout de se relier comme institution nationale à l’ensemble du territoire et de diversifier l’offre.

visuel : ©YBH :  Alexander Neef, Aurélie Dupont et Martin Ajdari / captation de la conférence de presse 

 

 

Format Court jour 2, Les coups de coeur de la rédaction
Splendid’s, Nauzyciel décloisonne Genet sur Zoom
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *