Actu

L’œuvre Tree de Paul McCarthy détruite

L’œuvre Tree de Paul McCarthy détruite

19 octobre 2014 | PAR Maïlys Celeux-Lanval

Elle a été la star de la fin de la semaine : la sculpture gonflable Tree de Paul McCarthy, dont la forme évoque un plug anal géant, a été installée jeudi place Vendôme, dans le cadre de la Fiac hors les murs. Premier hic : l’artiste a été frappé au visage durant l’installation de l’œuvre. Deuxième hic : Tree a provoqué de très nombreuses réactions négatives, notamment de la part de politiques comme Jérôme Dubus, conseiller de Paris UMP. Troisième hic : la sculpture a été détruite dans la nuit de vendredi à samedi…

Samedi 18 octobre, le soleil brille et tous les parisiens sont en joie : l’été ne semble pas encore totalement parti. Alors, on se balade, et on se dit « tiens, si on allait voir l’énorme plug anal de Paul McCarthy place Vendôme ? ». Malheureusement, quand on arrive enfin sur la place la plus luxueuse de Paris, Tree brille par son absence… Ou plutôt, par la trace de sa destruction, en étant toute petite, roulée sur elle-même.
« Des individus ont sectionné les câbles qui maintiennent la sculpture en place, profitant d’un moment d’inattention de l’agent de sécurité. L’œuvre gonflable s’est affaissée. Le responsable a choisi de la dégonfler volontairement. Des investigations sont en cours » a indiqué une source policière.
Ainsi, il en est fini de Tree, l’œuvre scandaleuse de Paul McCarthy qui annonçait de manière fracassante son exposition à la Monnaie de Paris (à découvrir à partir du 25 octobre). L’artiste américain est célèbre pour son art pop et trash, parfois scatophile, qui suscite bien souvent des réactions violentes… Le politique Jérôme Dubus avait d’ailleurs exprimé sur Twitter son désir de voir l’œuvre retirée au plus vite, ne la jugeant visiblement pas assez « artistique ».
Cette apparition-disparition express de l’œuvre, extrêmement médiatisée, nous fait penser que, si elle n’est pas orchestrée de manière volontaire (pas de procès d’intention !), Paul McCarthy a l’art de faire parler de lui ! Mais surtout, et c’est un triste constat, son art permet de révéler le puritanisme latent de la société, qui s’exprime par la violence et par la destruction.
En tout cas, et c’est dommage, l’artiste ne souhaite pas que son œuvre soit réparée.

Visuel : Capture d’écran Twitter

« La fabrique du romantisme » ou L’âme vagabonde du romantisme au Musée de la vie romantique
Box-office de la semaine : David Fincher devance Xavier Dolan en tête du top 10 des entrées en salle
Maïlys Celeux-Lanval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *