Actu
L’interview confinée de Vanessa Benelli Mosell : « La musique en ce moment m’aide beaucoup »

L’interview confinée de Vanessa Benelli Mosell : « La musique en ce moment m’aide beaucoup »

14 avril 2020 | PAR Yaël Hirsch

On l’a entendue récemment au Festival Présences, elle vient de sortir un disque d’œuvres originales pour mandoline et piano de Beethoven avec Julien Martineau chez Naïve à l’occasion du 250e anniversaire de la naissance du compositeur. Confinée en Toscane avec ses parents, très active sur sa page Youtube, la pianiste Vanessa Bennelli Mosell nous livre une interview.

Comment allez-vous ?

Je vais bien du point de vue de la santé et de celle de mes proches. J’ai la chance de ne pas être seule pendant le confinement, et d’avoir pu rejoindre mes parents dans leur maison en Toscane le jour avant le lockdown en Italie. J’ai aussi l’opportunité de pouvoir travailler mon piano à la maison, pour le plaisir mais aussi pour apprendre un nouveau répertoire, sans sortir, en étant solidaire avec les gens qui continuent à travailler pour nous tous dehors. 

Est-ce que vous sortez encore un peu ou bien êtes-vous totalement enfermée? 

On a été totalement enfermés pendant plus d’un mois en ayant la possibilité de sortir une fois par semaine pour faire les courses essentielles, une personne par famille. Maintenant certaines activités recommencent petit à petit à rouvrir leurs portes. Je trouve cependant qu’il faut rester prudents et respecter les gestes barrières, comme la distance de sécurité, les nouvelles normes d’hygiène, l’utilisation du masque en sortant pour ne pas retomber dans le vortex des nouvelles infections et tout recommencer depuis le début.

Quelles sont vos habitudes culturelles pour faire descendre l’angoisse ?

J’écoute de la musique, et pas que du classique. Pendant le confinement j’ai découvert beaucoup d’artistes d’autres genres que je ne connaissais pas encore, et qui m’inspirent. En plus de cela j’ai redécouvert le plaisir de la lecture à laquelle je consacre plusieurs heures par jour. Auparavant, je ne réservais cette activité qu’à mes nombreux voyages. Je lis de tout, des quotidiens aux livres romanesques. J’ai aussi vu quelques films historiques légendaires que j’avais envie de voir depuis longtemps. J’essaye aussi de continuer à vous divertir avec ma musique en partagent avec vous de nombreuses vidéos musicales enregistrées de chez moi. 

Comment votre pratique vous aide-t-elle en ce moment? Quels projets ont été repoussés ? A quand ?

Les projets ont tous été repoussés en même temps à de nouvelles dates déjà confirmées. La musique en ce moment m’aide beaucoup et peut aider beaucoup de monde. De quelle manière? Non seulement par le plaisir et le soulagement que la musique me procure en l’écoutant et en la faisant, mais aussi, et nous ne devons pas l’oublier, par le pouvoir communicatif de la musique, qui peut et doit faire beaucoup pour aider les plus nécessiteux, lever des fonds pour les hôpitaux, aider concrètement et contribuer à la reconstruction des pays. Aussi, en ce moment je pense que nous avons tous réalisé qu’il y a des activités professionnelles essentielles qui nous aident à survivre, d’abord les médecins, nos héros. Mais beaucoup de gens sont enfermés chez eux, heureusement en pleine santé, et nous nous rendons compte que ce qui nous manque le plus, c’est « vivre ».  Les arts, dont le cinéma, la musique, le théâtre, les expositions d’arts figuratifs, les spectacles en live, l’opéra et le ballet font partie de ces activités professionnelles qui nous permettent de « vivre ». Des activités qui, souvent et avant, étaient tenues pour acquises, et les partager avec d’autres semble désormais un souvenir lointain et convoité. Souvenons-nous des médecins même lorsque nous sommes guéris et rappelons-nous combien on a désiré «vivre» lorsque nous repenserons à cette période.

Quels retours avez vous sur ce que vous postez en ce moment? 

Des milliers de gens me remercient et cela ne me fait pas seulement plaisir mais cela me fait comprendre que c’est en ce moment qu’on a le plus besoin de musique et de rêve pour remplir les journées de tout le monde et les passer de la meilleure façon.

Et pour finir avec un peu de légèreté : est ce que ce temps révèle quelques plaisirs coupables ?

On a tous un accès facilité et prioritaire à la cuisine pendent ces journées mais le plus grand plaisir pour moi c’est de faire de l’exercice pour rester en forme.

visuel : photo de l’artiste

« Un divan à Tunis » un premier film qui fait voyager la psychanalyse dans le sillage de Golshifteh Farahani
Ces musiciens qui se filment dans leur confinement (28)
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *