Actu
Linda Lê, la romancière solitaire décédée à l’âge de 58 ans

Linda Lê, la romancière solitaire décédée à l’âge de 58 ans

11 mai 2022 | PAR Aurèle Poirier

Linda Lê a reçu en 2019 le prix de littérature Prince-Pierre-de-Monaco pour l’ensemble de son œuvre. Son décès le 9 mai 2022 a été un deuil pour le monde de la littérature. Ecrivaine discrète mais aux romans unique avec un maniement de la plume gracieux qui procure un véritable plaisir aux yeux.

Une passion pour la littérature classique et l’écriture

Née en 1963, Linda Lê passe les premières années de son enfance à Dalat. En 1969, sous la menace de la guerre, elle fuit s’installer à Saïgon avec ses parents. Elle suit des études de français et éprouve un véritable intérêt à l’égard de Victor Hugo et de Balzac. Au début des années 8O, elle s’installe en France et poursuit des études à Henri IV puis à la Sorbonne.

Elle écrit son premier roman, Un si tendre vampire, qui paraît en 1986 à La Table Ronde. Par la suite c’est principalement aux Éditions Christian Bourgois qu’elle publiera ses romans. Parmi ses écrits nous pouvons citer : Les Évangiles du crime, 1992, éditions Christian Bourgois ; Les Trois Parques, 1997, éditions Christian Bourgois ; Les Aubes, 2000, éditions Christian Bourgois ; Personne, 2003, éditions Christian Bourgois ; Cronos, 2010, éditions Christian Bourgois ; Je ne répondrai plus jamais de rien, roman, éditions Stock, 2020…

Romancière discrète à la plume poignante

Peu médiatisée par volonté et peu connue du public, Linda Lê se définit comme : « un ours qui se terre ». Elle écrivait ses romans au style d’une époque révolue, munie d’un stylo plume et de feuilles de papier. La critique a souvent fait l’éloge de cette autrice au style unique qui rappelle l’écriture des longues descriptions du XVIIe-XIXe siècle.

Bien que peu connue du grand public, le monde de la littérature l’a récompensée plus d’une fois. En 1997, Les Trois Parques obtient le prix Fénéon ; en 2010, Cronos, obtient le prix Wepler ; À l’enfant que je n’aurai pas, obtient le prix Prix Renaudot Poche en 2011 ; en 2015, Par ailleurs, obtient le Prix Louis-Barthou; enfin, en 2019, elle obtient le Prix littéraire Prince-Pierre-de-Monaco pour l’ensemble de son œuvre et à l’occasion de parution de son roman, Je ne répondrai plus jamais de rien.

 

© Visuel : Wikipedia

Agenda cinéma de la semaine du 11 mai 2022
Barrie Kosky et son ouragan Belle Hélène à Berlin
Aurèle Poirier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture