Actu
« Lettres à Horace Finaly » : le recueil de missives inédit de Marcel Proust

« Lettres à Horace Finaly » : le recueil de missives inédit de Marcel Proust

15 juin 2022 | PAR Marguerite Delevingne

Les Éditions Gallimard frappe encore un coup fort en publiant un recueil de missives inédits de Marcel Proust «Lettres à Horace Finaly ». Un recueil d’une vingtaine de lettres.

 

Ce recueil de missives a fait son apparition grâce à la famille de Marcel Proust qui avait gardé ces lettres avec soin et les ont reliés. Il a été acheté aux enchères à 78 000€ à la maison Aguttes par la Société des hôtels littéraires.

Marcel Proust raconte à son ami Horace Finaly, l’un des maîtres de la finance de l’époque, il était dirigeant de l’ancêtre de la BNP Paribas, ancien camarade de lycée de Proust.

 

Découverte d’un pan inconnu de la vie de Marcel Proust

 

Nous faisons la connaissance d’Henri Rochart. L’auteur de À la Recherche du Temps Perdu rencontre cet immigré suisse à Paris en 1917 alors qu’il était serveur au Ritz. Il décide de le faire emménager chez lui pour quelques semaines, pensant qu’il pourrait l’aider et lui servir de secrétaire. Qu’elle ne fut pas son erreur ! Henri Rochart n’a aucune compétence en secrétariat, et pourtant, il restera gratuitement pendant 3 ans chez le romancier. Il en profitera pour dépenser allégrement son argent.  Thierry Laget, spécialiste de Proust explique qu’il ressemble à l’un des personnages de la mythique trilogie de Proust : « Ça le rapproche d’Albertine, qui se fait offrir des robes et autres vêtements de luxe (…) il dépense beaucoup plus que Proust lui-même. C’était un dandy, qui ne lui a pas apporté autre chose que cette inspiration, quelques parties de dame et des soirées au piano »

Horace Finaly vient en aide à son ami d’enfance, en proposant un travail à Henri Rochart. Il lui trouve une place au sein de la Banque française et italienne à Recife au Brésil.

Des généalogistes suisses sont à la recherche de cet homme inconnu afin de savoir comment s’est terminée sa vie. L’une des rares informations que l’on possède de lui sur sa vie en Amérique Latine c’est qu’il avait emporté avec lui des romans de Marcel Proust dédicacés.

« Lettres à Horace Finaly » est disponible à la vente depuis le 9 juin aux Éditions Gallimard (132 pages)

 

Visuel : © Public Domain

circusnext : on peut être (un peu) sérieux quand on a 20 ans
Le Kraken, arts et légendes des SUBS
Marguerite Delevingne

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture