Actu

L’Edito de BABX : Dia de Los Muertos

L’Edito de BABX : Dia de Los Muertos

13 novembre 2017 | PAR La Rédaction

A l’occasion des deux ans des attentats du 13 novembre, le chanteur Babx a pris les rênes de la rédaction. Il sera sur la scène de la Cigale le 27 novembre pour présenter Ascensions, son dernier album. Sa direction a été claire : interroger la notion de relève dans le monde culturel. Voici son édito.

Et pour lire Le dossier c’est ici

A Madagascar, le Famadihana est un rituel funéraire au cours duquel les vivants viennent littéralement retourner leurs morts pour les arracher à leur solitude.

La dépouille est extraite de son tombeau puis enveloppée dans un nouveau linceul. S’en suit une danse où les vivants, les bras chargés de leurs défunts font le tour de la sépulture avant de les reposer dedans. Jusqu’à la prochaine fois…

Trala la la la….

Haloween s’en est passé comme une gorgée de Dr Pepper, dans son cortège de vampires hipsters et de Draculettes parfumées à l’eau de rose.

Le 1e Novembre à Paris ressemblait à un anniversaire chez Burger King. Un happy meal réchauffé au coin du feu de l’American Dream… « Trick or treat, trick or treat »… Des bonbons ou un sort.

Les calendriers changent. Voilà que désormais ce sera le 13 Novembre que nous fêterons nos morts.

Nous les relèverons de leur trou de mémoire pour les arracher à leur solitude et danserons avec eux pour mieux nous relever, pour mieux nous élever.

Trala la la la….

Au Bataclan, un concert n’a pas été fini. Aux terrasses des cafés, des verres n’ont pas été finis.

Ce n’est pas bon ça… « Il faut finir ce qu’on a commencé » nous disent les anciens. Où alors l’inachevé vous poursuivra et viendra vous gratter comme grattent encore aux amputés le bout qui leur manquent.

Le 13 Novembre 2015 ce n’est pas une « Nation » qui a été attaquée. Ce n’est pas un pays non plus. C’est un Territoire. Intime et collectif. Celui de la jeunesse, de l’amitié, de l’amour, de la musique. Voilà sur quoi l’on a tiré. A bout portant.

Trala la la la….

« Quand est ce que je fais tralala? quand est ce que je chantonne? Je chantonne quand je fais le tour de mon territoire (…) Je chantonne quand j’essaie de regagner le « chez moi » … je cherche mon chemin et je me redonne du courage en chantant « tralala » (Gilles Deleuze)

Tant qu’il y’aura des « tralalas » accrochés aux lèvres des amoureux de partout, il y’aura un « chez nous », dont nous ferons le tour, en dansant.

Et de nos disparus, tatoués en nous comme des chansons, nous serons la relève.

Allez. Courage et Tra la la.

BABX

James Noël : « Debout les mots » [Interview]
« Le Ballon Rouge »: du film marionnettique à la marionnette poétique
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *