Actu
L’écrivain Jean-Claude Carrière s’est éteint

L’écrivain Jean-Claude Carrière s’est éteint

09 février 2021 | PAR Lise Ripoche

Jean-Claude Carrière est mort dans son sommeil ce lundi, à 89 ans, laissant derrière lui une oeuvre protéiforme, de celles qui infusent dans tous les domaines pour marquer durablement une époque. Conteur, scénariste, parolier Jean-Claude Carrière a traversé le paysage littéraire français et mondial. Touche à tout, il a appliqué sa plume prolifique et polymorphe aussi bien à la chanson qu’au théâtre, qu’au cinéma, qu’à la traduction.

 

Jean-Claude Carrière nait le 17 septembre 1931 dans l’Hérault. Se révélant rapidement brillant, il devient boursier et poursuit ses études à l’ENS. C’est par le roman qu’il entame sa carrière d’écrivain, avec Le Lézard, puis dans la foulée rencontre Jacques Tati et Pierre Etaix, avec lequel il réalise le court métrage de fiction oscarisé Heureux anniversaire. D’un tempérament exalté, Carrière se passionne aussi bien pour les livres, que par le dessin, l’astrophysique et le vin, la religion et les arts martiaux, embrassant ainsi une vision large de la culture. 

 

Un animal culturel 

Difficile de résumer les soixante années durant lesquelles Carrière concourt de manière décisive à la création de son époque. Histoires de rencontres et d’affinités, il collabore aussi bien avec Luis Bunuel qu’avec le Dalaï Lama, avec Louis Malle ou Philippe Garrel. La liste non-exhaustive des succès auxquels il a participé montre le bout à bout, le grand écart et la souplesse avec laquelle il s’applique à écrire pour tous en tant que scénariste: Le Journal d’une femme de chambreBelle de jour et Le charme discret de la bourgeoisie (Luis Buñuel), Taking Off (Milos Forman), Borsalino (Jacques Deray), Le tambour (Volker Schlondorff, Palme d’or à Cannes), Danton(Andrzej Wajda, prix Louis Delluc 1982), L’insoutenable légèreté de l’être (Philipp Kaufman),Cyrano de Bergerac (Jean-Paul Rappeneau), Le retour de Martin Guerre (Daniel Vigne) qui lui vaut le César du meilleur scénario en 1983. 

 

Une prédilection pour le sacré et ses déviances

Mais Carrière ne se résume pas non plus au cinéma, et entame dans les années 80 sa fructueuse collaboration avec le dramaturge britannique Peter Brook pour qui il adapta à la scène l’inégalé Mahâbhârata, épopée de la mythologie hindoue, présentée pendant neuf heures d’affilée à Avignon en 1985 devant un public sous le choc. « Le voir en oubliant que je l’avais écrit fut un des grands bonheurs » de ma vie, assurait-il. En tant qu’écrivain, il s’intéressait particulièrement au sujet religieux, « Radicalement athée« , mais « passionné par la religion et ses déviances » il a écrit sur le bouddhisme et l’hindouisme mais aussi sur le christianisme avec son roman le plus célèbre, La controverse de Valladolid, sur la conquête du Nouveau-monde par les Espagnols. 

 

Se définissant comme un conteur, Jean-Claude Carrière n’a donc jamais cessé de raconter des histoires. Animé par l’idée d’une culture ouverte à tous, entretenant un rapport passionnel à l’écriture, Carrière demeurera une des voix porteuses de sa génération. 

 

 

 

 

 

crédit visuel: Jean Claude Carrière à Casa de America en 2012

Valère Novarina reçoit le Grand prix de littérature Paul Morand
Ching-Lien Wu, nommée Cheffe des Chœurs à l’Opéra de Paris
Lise Ripoche

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture