Actu

Le producteur allemand, Paul Brauner, s’est éteint à l’âge 100 ans

Le producteur allemand, Paul Brauner, s’est éteint à l’âge 100 ans

09 juillet 2019 | PAR Caroline Condroyer

Une icône du cinéma allemand s’est éteinte dimanche 07 juillet 2019 à Berlin. En effet le producteur Artur Brauner est mort à l’âge de 100 ans et avait à son actif plus de 300 films. Il a consacré une grande partie de sa carrière à la mémoire de la Shoah.

A lire aussi : Le cinéaste Claude Lanzmann, réalisateur de « Shoah », est décédé

Artur Brauner est né le 1er août 1918 à Lodzt en Pologne, il avait quatre frères et soeurs. Etant de confession juive, il fuit son pays avec sa famille pour se réfugier en Union soviétique, lors de l’invasion  allemande. Cela lui a permit de survivre à l’extermination des juifs en Pologne. Après la Seconde Guerre Mondiale, accompagné d’un de ses frères, il émigre à Berlin dans le bloc américain. Là bas il va fondé, en 1946, la société de production CCC : Central Cinema Compagnie. La même année, il produit son premier film Sag ‘die Wahrheit , qui est l’une des premières sorties allemandes d’après guerre. En 1947, le scénariste épouse Theresa Albert, soit Maria, avec laquelle il aura quatre enfants. 

Nombreuses sont ses oeuvres inspirées par la série western réalisée par Fritz Lang, Les pionniers de la Western, Union pour lequel il a beaucoup d’admiration. Très attaché à entretenir la mémoire de la Shoah, Artur Brauner va investir dans des longs métrages sur l’Holocauste comme par exemple Europa Europa. Sur ses 300 films produits en 70 ans, la majorité d’entre eux sont dédiés à ce sujet. Der letzte Zug, paru en 2006, est la dernière oeuvre du producteur allemand. 

La rédaction Toute La Culture vous a sélectionner deux de ses productions les plus connus : 

1. Le Jardin des Finzi-Contini (1970) : 

Depuis peu les clubs sportifs en Italie viennent d’être fermés aux juifs. La puissante famille, Finzi-Contini, qui possède un grand terrain de tennis a décidé d’organiser des tournois pour de jeunes gens modestes. Giorgio, l’un d’entre eux, va tomber amoureux de la fille de la famille, Micól. 

2. La rose blanche (1982) :

A Munich, sous la Seconde Guerre Mondiale, la terreur nazi règne. Des étudiants allemands décident alors de se rebeller et de créer un réseau de résistance pacifique : La rose blanche. 

A lire aussi : Mort de Samuel Pisar, survivant de la Shoah

Visuel : ©Wikimedia, Artur et Maria Brauner lors des Goldene Kamera en 2012. 

Gérard Depardieu: vente aux enchères de son ancien restaurant
SKIP THE USE au Main Square : le retour des rockeurs prodigues.
Caroline Condroyer

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *