Actu
Le prix Bayeux se concentre sur la Syrie

Le prix Bayeux se concentre sur la Syrie

13 octobre 2014 | PAR Fanny Bernardon

Cette année le prix Bayeux-Calavados, habitué à récompenser le travail des correspondants de guerre, se concentre sur les reportages menés en Syrie, en Centrafrique et au Bahreïn (Moyen Orient) par des journalistes de tous horizons et de toutes presses : « Time » en presse écrite, « France Inter » en radio, « Arte » et « BBC » en télévision.

Le jury de Bayeux 2014, présidé par Jon Randal, a largement porté la Syrie, à l’honneur. Triste de sa dramatique actualité et de la guerre qui l’ébranle depuis 2011, le pays remporte trois des prix décernés par Bayeux.

Le reportage de Marcel Mettelsiefen remporte le prix pour la télévision avec son reportage, Syrie, la vie obstinément. Mettelsiefen s’était fait connaître et reconnaître notamment pour Agonie à Alep, documentaire poignant sur le regard que posaient les enfants syriens sur la guerre.

Le photographe turc Emin Ozmen remporte lui, le prix du public pour son reportage photographique sur les décapitations de quatre soldats de l’armée régulière syrienne par des membres de l’Etat islamique.

Ces photographies ont d’abord été rejetées par le journal d’Emin Ozmen, « Sabah ». Jugées trop violentes et trop sanglantes, elles ont finalement été rachetées par Sipa Presse aux magazines « Paris Match » et « Time ». Le photographe comprend aisément que la diffusion de telles images puisse participer à la propagande violente et exubérante menée par l’Ei. Bien que ses propres clichés lui aient « donné mal au coeur » et l’aient « dégouté », il souligne l’importance de leur partage : « Cette réalité sanglante que nous vivons au Moyen-Orient, il faut que tout le monde la constate et que l’on agisse pour empêcher cela ».

Emin Ozmen raconte être arrivé sur cette scène de décapitation au sabre de manière inopinée, prix de dégoût par ce qui se déroulait sous ses yeux, le photographe déclare qu’il n’a « même pas regardé », en prenant ces photos. Dans ce détail réside la préoccupation première du prix de Bayeux qui est d’honorer le courage des correspondants de guerre : en effet, le photographe remporte le prix alors qu’il n’a réalisé aucun travail de prise de vue. L’intérêt de son travail n’est pas tant artistique que transmission de la vérité.

Du coté de nos compatriotes français, le journaliste de France Inter Olivier Poujade a remporté le prix Bayeux en radio pour un reportage mené en Centrafrique sur les parachutistes français. A réécouter ici.

Bayeux n’a pas fait que distribuer des prix, il a également rendu hommage aux journalistes morts de la main de l’Etat islamique ces dernières semaines, ainsi qu’a Camille Lepage, morte en Centrafrique au mois de mai 2014.

Ont aussi été primés à Bayeux :

Trophée presse écrite :

1er Prix : Anthony Loyd (The Times) pour « I thought of Hakim as a friend. Then he shot me » (Syrie)

Trophée photo :

1er Prix : Mohamed Al-Shaikh (AFP) pour « La majorité chiite poursuit ses manifestations contre le pouvoir » (Bahrein)

Trophée télévision :

1er Prix : Lyse Doucet (BBC News) pour Yarmouk (Syrie)

Prix du jeune reporter :

Alexey Furman (EPA) pour « La crise urkainienne » (Ukraine)

Trophée webjournalisme :

1er Prix : Gerald Holubowicz, Olga Kravets, Maria Morina, Oksana Yushko, Anna Shpakova – Mediapart – Polka Magazine Chewbahat Storytelling Lab pour « Grozny : nine cities » (Tchetchénie)

Prix spéciaux :

Prix Fondation Varenne : Ian Pannell (BBC News) pour « Attaque chimique sur une école » (Syrie) ; Prix Ouest-France : Claire Meynial (« Le Point ») pour « Dans le village martyr de Boko Haram » (Nigeria) ; Prix du public (Photo) : Emin Ozmen (Sipa Press) pour « Syrie : La barbarie au quotidien ».

 

Visuel à la Une et visuels : @Captures d’écran

 

 

 

 

 

« Les Compères » de nouveau réunis : Gérard Depardieu retrouve Pierre Richard
Gagnez 5×2 places pour le film « Samba » de Olivier Nakache & Eric Toledano
Fanny Bernardon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture