Actu
Le patrimoine culturel du Népal détruit après le séisme

Le patrimoine culturel du Népal détruit après le séisme

28 avril 2015 | PAR Constance Delamarre

Près de 4000 morts. Voici le tragique bilan humain actuel du séisme survenu le 25 avril 2015. En plus des vies disparues injustement, c’est aussi tout un héritage historique et culturel qui s’est perdu. Les temples et les statues de Katmandou ne sont plus que ruines.

Sur la place du Durbar, la tour historique de Dharhara, l’un des monuments touristiques majeurs de la capitale népalaise, s’est effondrée. « Des neuf étages de cette tour blanche dotée d’un escalier en spirale de 200 marches et surmontée d’un minaret de bronze datant du XIXe siècle », il ne reste que des décombres, nous informe Le Figaro.

La tour Dharhara, qui abritait un sanctuaire hindou dédié au dieu Shiva au sommet, était appréciée pour la vue panoramique qu’elle offrait sur la vallée grâce à ses 50 mètres de hauteur. 50 mètres effondrés en peu de temps, pourtant déjà reconstruits après le tremblement de terre de 1934, alors considéré comme le plus violent que le Népal avait connu.

La place Durbar est ainsi passée de patrimoine mondial de l’Unesco à ruines. Là où se dressaient temples et palais construits par les rois Malla entre les 12ème et 18ème siècles, il n’y a plus que des montagnes de débris. Lorsque le tremblement de terre a frappé, la place était bondée de Népalais et de touristes étrangers. Un cœur historique, social, culturel et religieux, et des cœurs humains.

Des places historiques et des édifices de villes alentours, dans la vallée de Katmandou, se sont également effondrés, comme deux temples à Patan ou d’autres à Bhaktapur. L’Unesco tente d’évaluer l’étendue des dégâts. Selon le spécialiste P.D. Balaji dans l’article du Figaro (ndlr: directeur du département d’histoire et d’archéologie de l’Université de Madras), il n’est pas certain que ces monuments puissent être reconstruits. Il s’agirait donc « d’une perte irrémédiable pour le Népal et le reste du monde ».

Booba vs Luz : le clash
[Expo] Anima Animal à Saint Riquier jusqu’au 31 décembre 2015
Constance Delamarre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *