Actu

Le palmarès de la 76è Mostra de Venise est tombé !

Le palmarès de la 76è Mostra de Venise est tombé !

09 septembre 2019 | PAR Chloé Coppalle

La Mostra de Venise vient de se clôturer, nous livrant ainsi de nouvelles remises de prix ! Pour cette 76ème édition, c’est le réalisateur américain Todd Phillips qui remporte le prestigieux titre du Lion d’Or avec Joker, qui sortira en salle le 9 octobre 2019. Retour sur ce palmarès !

Le festival international de Venise, appelé la « Mostra de Venise », est un festival de cinéma organisé dans le cadre de la Biennale de Venise (biennale d’art contemporain qui existe depuis 1895), pour couvrir la section cinéma. Devenu annuel depuis 1935, ce festival qui ouvrit sa première édition en 1932, est un des plus vieux au monde. Sa plus grande distinction, le Lion d’or, a été choisit en référence au saint patron de Venise, Saint Marc, évangile dont l’emblème est un lion. Cette distinction fait partie des trois plus grands prix européens rendu au cinéma, avec l’Ours d’Or de la Berlinale (en février à Berlin), et la Palme d’Or du festival de Cannes, en mai. L’événement se déroule au Palais du Cinéma, sur les bords du littéral vénitien appelé le Lido. 

Le Palmarès :

Lion d’Or du meilleur film : « Joker » de Todd Phillips, avec l’acteur américain Joaquin Phoenix dans le rôle titre. En salle le 6 octobre, il raconte l’histoire de l’ennemi de Batman, le Joker. Initialement nommé Arthur Fleck, le film dévoile une carrière d’humoriste compliquée, jusqu’à ce que ce dernier perde pied et bascule dans la folie.

Lion d’Argent Grand Prix du jury : « J’accuse » de Roman Polanski. Pour ce deuxième Prix reçut par sa femme, Emmanuelle Seigner, Roman Polanski revient sur l’affaire Dreyfus cette fois-ci racontée par le colonel Picquart, à l’époque lieutenant-colonel, qui deviendra Ministre de la Guerre sous Clémenceau. Convaincu de l’innocence d’Alfred Dreyfus, il fut remarqué dans l’affaire pour avoir dévoiler des indices contre le commandant français Ferdinand Walsin Esterhazy, et innocentant ainsi Dreyfus.  Au casting, Louis Garel dans le rôle d’Alfred Dreyfus, et Jean Dujardin dans celui du colonel Picquart. Sortie le 19 novembre 2019.

Lion d’Argent de la meilleure mise en scène : Roy Andersson  pour About Endlessness, drame suédois. Le mystère entoure ce dernier film de Roy Andersson, qui sonne un film marqué la captation de moments de la vie dans une mise en scène inspirée des contes des Mille et une nuits.

Prix du meilleur scénario : N°7 Cherry Lane du hongkongais Yonfan. Seul film d’animation du palmarès, l’intrigue tourne autour d’un triangle amoureux impossible qui se déroule à Hong Kong dans les années 1960. En effet, Ziming, le personnage principal, est un jeune étudiant qui donne des cours de littérature à Meiling, fille de Madame Yu, qui l’a engagé. L’appartement de la famille Yu se trouve au numéro sept de la rue Cherry Lane. Se rapprochant d’abord de Madame Yu, il va également être pris d’affection pour Meiling, ce qui le plonge dans un dilemme difficile et inattendu.

Prix spécial du jury : La Mafia Non è Piu Quella Di Una Volta, trad. fr. « La Mafia n’est plus ce qu’elle était » de l’italien Franco Maresco, est un documentaire qui traite de la place de la mafia à Palerme, ville sicilienne. Le documentaire tourné en 2017 à l’occasion du 25ème anniversaire de l’assassinat de Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, deux juges s’étant solidement battu contre la mafia. Le documentaire veut revenir sur la place de la mafia dans la ville, sujet toujours difficile d’évoquer dans les rues de Palerme, en se demandant ce qu’il reste depuis l’assassinat des deux juges de leur lutte et leurs idéaux.

Coupe Volpi de la meilleure interprète féminineGloria Mundi de Robert Guédiguian est un drame qui raconte l’histoire de Daniel, père de famille qui sort de prison. A sa sortie il retrouve son ex-femme, Sylvie, qui l’a prévenu qu’il allait être grand-père. Il découvre alors une famille recomposée qui fait tout son possible pour rester souder, mais quand l’équilibre familiale est remis en cause, Daniel va tout faire pour ne pas qu’il s’effondre. C’est Ariane Ascaride qui reçut le prix pour son interprétation de Sylvie.

Coupe Volpi du meilleur interprète masculin : Luca Marinelli, pour le film Martin Eden de Pietro Marcello. Sortie en salle prévue le 16 octobre 2019 pour ce prix qui narre le parcours de Martin Eden, un jeune homme, marin solitaire, venant d’un milieu plutôt pauvre, qui sauve un jour un homme d’une agression sur le port de Naples. Ce dernier l’invite alors chez lui pour le remercier. Chez lui se trouve sa sœur, Elena, que Martin rencontre alors, et dont il tombe amoureux. Mais cette relation ne va pas être si simple dans l’Europe politiquement complexe du début du XXè siècle. La coupe Volpi du meilleur interprète masculin fut attribuée à l’acteur italien Luca Marinelli, pour son interprétation du personnage de Martin Eden.

Prix Marcello-Mastroianni du meilleur espoir :  « Babyteeth » de Shannon Murphy. Milla est une jeune fille australienne atteinte d’un cancer. Elle tombe sous le charme de Moses, un jeune homme plus âgé qu’elle et qui déplaît fortement à ses parents. C’est pour le rôle de Moses que Toby Wallace reçut le Prix Marcello-Mastoianni du meilleur espoir.

Des relations compliquées de Milla (Eliza Scanlen), une adolescente australienne, et ses parents (Essie Davis et Ben Mendelsohn), qui n’acceptent pas vraiment l’idée qu’elle se soit amourachée de Moses (Toby Wallace), un garçon un peu plus âgé, marginal et toxicomane. Une phase classique de l’adolescence, si ce n’est que Milla n’est pas tout à fait une jeune fille comme les autres. Elle souffre d’un cancer qui menace de la faire disparaître prématurément, avant même d’avoir perdu toutes ses dents de laits… l’Australien Toby Wallace pour

Lion d’Or pour l’ensemble de leur carrière : remis au réalisateur espagnol Pedro Almodovar et à l’actrice britannique Julie Andrews.

Visuel : ©Affiche de Joker, réalisé par Todd Phillips, durée 2h20, sortie en salle le 9 octobre 2019.

Fatou Diome – Les veilleurs de Sangomar – Un conte d’amour et de liberté
25e Étrange Festival : cartes blanches aux amis du lieu, et films de genre qui frappent fort
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *