Actu
Le dessinateur Art Spiegelman s’insurge contre le magazine New Statesman

Le dessinateur Art Spiegelman s’insurge contre le magazine New Statesman

05 juin 2015 | PAR Flora Vandenesch

L’auteur de bande dessinée américain Art Spiegelman a retiré l’un de ses dessins de la couverture du New Statesman. L’hebdomadaire britannique refusait de publier une planche du dessinateur intitulée Notes d’un fondamentaliste de la liberté d’expression, dans son numéro qui devait paraître le 29 mai. La planche a pourtant déjà été éditée aux États-Unis dans The Nation, en Allemagne dans Faz, et en France dans Le Monde.

Art Spiegelman a partagé sur son compte Facebook le dessin qui devait figurer à la une du magazine, expliquant ainsi son geste : « Je me suis débarrassé de cette couverture bondage du New Statesman à la dernière minute! C’est une chose de trouver comment dessiner l’Indessinable pour un hors-série intitulé Dire l’Indicible, mais je ne pouvais pas accepter l’Inacceptable lorsqu’à la dernière minute le magazine A ROMPU SA PROMESSE d’inclure ma planche Notes d’un fondamentaliste de la liberté d’expression. » L’auteur américain Art Spiegelman, suédois d’origine, est une figure phare de la bande dessinée underground américaine. A partir du milieu des années 1980, il est connu surtout pour sa bande dessinée Maus, qui lui a valu un Prix Pulitzer en 1992 (c’est la seule bande dessinée à avoir obtenu le prix Pulitzer). Plus récemment, il a reçu le Grand prix de la ville d’Angoulême en 2011.

Fondé par Sidney et Beatrice Webb en 1913, le New Statesman est édité chaque semaine à Londres. Dans les années 1950, l’hebdomadaire critiqua vivement la politique extérieure de la Grande-Bretagne. Il s’opposa à la guerre de Corée, et la campagne pour le désarmement nucléaire commença à partir d’un article publié dans ses pages. On en peut que s’étonner de la prise de position du journal aujourd’hui qui pourtant consacrait son numéro du 29 mai à la liberté d’expression. Sous l’égide du romancier britannique Neil Gaiman et de la chanteuse américaine Amanda Palmer, le hors série projetait de « se confronter aux notions de censure, de tabou, d’outrage et de liberté d’expression ».

Visuel : Notes d’un fondamentaliste de la liberté d’expression, couverture du New Statesman, by Art Spiegelman

Gagnez 2×2 places pour le spectacle « Mélange 2 Temps » le 18 juin
[Bruxelles] The Belgians, les belges dieux de la mode aux Bozar
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture