Actu
Le chanteur Arno est mort à l’âge de 72 ans

Le chanteur Arno est mort à l’âge de 72 ans

23 avril 2022 | PAR Jacques Emmanuel Mercier

Une voix rocailleuse, un accent flamand un style à la Tom Waits. Le chanteur Belge Arno est mort d’un cancer du pancréas aujourd’hui à 72 ans.

Arno est né à Ostende une ville portuaire en région flamande. Trilingue, il donne de sa voix en français, en anglais ou en flamand selon la chanson. Ayant participé à plusieurs groupes comme TC Matic durant les années 80, c’est avec une carrière solo qu’il se fait remarquer. D’abord avec ses reprises comme Le bon dieu de Brel ou des chansons de Juliette Gréco. Sa reprise la plus connue reste sans doute Les filles du bord de mer d’un autre belge Salvator Adamo. Une autre partie du public le rencontre avec la musique du film de Bertrand Blier Merci la vie. Jusqu’à la fin Arno travaillait. On peut noter sa reprise avec Stromae d’un de ses vieux succès Putain putain.

Oostende bonsoir

Arno était un amoureux des mots. Celui qui bourrait ses textes de mauvaises liaisons et de petites onomatopées avait une idée personnelle de la poésie. Il aimait la poésie. C’est sans doute ce que l’on retiendra du chanteur venu d’une plage du nord. Ma mère à les yeux clairs, Oostende bonsoir ou encore Oublie qui je suis, des chansons qui prenaient vie par sa voix abîmée. C’était un poète vivant, un rockeur, qui part ses textes, sa voix déclamait l’amour comme personne. C’est sur scène qu’on prenait conscience de son talent, rappelant un autre Belge, d’une autre époque. On se souviendra aussi sans doute de tout ce qu’il donnait pour son public. Arno, de son vrai nom Arnold Hintjens est donc mort d’un cancer. Il se bâtait contre lui depuis bientôt 3 ans. Malgré une santé fragile, il avait donné ses derniers concerts à Bruxelles en février.

Celui qui avait un peu de Verlaine en lui est parti. On vous laisse avec une de ses plus belles chansons et comme il le dit lui-même « On se console, Il est trop tard, Comme tous les soirs, J’suis seul avec toi, Oostende, Bonsoir. »

Crédit photographique

Image mise en avant prise sur Wikipédia

Mirabilis, exposition de Cécile Hug, entretien avec l’artiste
Il faut parler de « Sans rien dire à personne »
Jacques Emmanuel Mercier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture