Actu
L’auteur de « Meursault contre-enquête » riposte à une fatwa

L’auteur de « Meursault contre-enquête » riposte à une fatwa

19 décembre 2014 | PAR Nina Farge

L’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud était pressenti pour le Prix Goncourt 2014- finalement décerné à Lydie Salvayre en novembre dernier. Dénonçant les dérives extrémistes dans l’émission On n’est pas couché; il est l’objet d’une fatwa de l’activiste Abdelfatah Hamadache Ziraoui, appelant à son exécution publique par le gouvernement algérien. Kamel Daoud a répondu par une tribune dénonciatrice.

.

Kamel Daoud
Kamel Daoud

Chroniqueur le plus lu d’Algérie, Kamel Daoud est également écrivain, auteur notamment de Meusault, contre-enquête. Dans cet ouvrage pressenti pour le Prix Goncourt 2014, il s’appropriait avec succès L’Etranger de Camus, en proposant en miroir la vision de l’Arabe. Ce personnage-type anonyme, récurrent dans l’oeuvre du romancier de l’absurde, s’émancipe ainsi de son aspect fantomatique pour prendre corps et contenance dans cette contre-enquête.

.

Couverture de "Meursault, contre-enquête"
Couverture de « Meursault, contre-enquête »

Si le livre n’a pas été primé au Goncourt, il s’est néanmoins imposé en best-seller. S’en trouvant d’autant plus médiatisé, Kamel Daoud a ainsi pu s’exprimer à plusieurs reprises sur le régime algérien et les dérives islamistes qui menacent le pays. Son intervention à l’émission On n’est pas couché du dimanche 13 décembre dernier était manifestement l’incrimination de trop pour le dirigeant du Front de l’Eveil islamique salafiste: Abdelfatah Hamadache Ziraoui a laissé libre cours à son ire en appelant tout bonnement le gouvernement à « exécuter publiquement » l’écrivain.

.

Commentaire d'un internaute dans un article du Parisien
Commentaire d’un internaute dans un article du Parisien

.Le choc est rude pour la population, dans cette déclaration venant entacher une nouvelle fois l’image de l’islam. Des pétitions ont d’ores et déjà vu le jour tant en Algérie qu’à l’international, pour lutter contre cette intolérance dramatique. Mais le principal visé n’est pas en reste: au sommet de son indignation, il a rédigé une tribune dans laquelle il affirme la puissance inaltérée de sa plume dans le combat contre le fanatisme. Rédigées à brûle-pourpoint dans la nuit du 13 décembre, ses Cinquante nuances de haine dénoncent par des mots assassins relevés d’une analyse aiguisée, l’abjection basse et fébrile d’un groupe aveuglé par la jalousie et la paranoïa. Le texte a été relayé par de nombreux médias et peut être consulté ici.

Sur les réseaux sociaux, les internautes se rallient massivement à la cause de l’écrivain. Après la contre-enquête, Kamel Daoud contre-attaque, animé par la ferme résolution que ceux qui combattent par la plume, déferont leurs adversaires.

Visuels: Kamel Daoud (page Facebook)

Couverture de Meursault, contre-enquête

Commentaire d’un internaute dans un article du Parisien

Blake & Mortimer, tome XXIII: Le bâton de Plutarque
« Macarthur L’enfant terrible de l’US Army »
Nina Farge
Étudiante en deuxième année de master "Administration de la musique et des arts du spectacle vivant" à l'université d'Evry, licenciée en "Lettres et Arts"; je me passionne depuis toujours pour la culture, et plus particulièrement pour la danse.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture