Actu

L’agenda culture de la semaine du 11 mars

L’agenda culture de la semaine du 11 mars

11 mars 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Entre brocantes et performances barrées, l’agenda cette semaine joue la carte du grand écart ! 

 

L’Étrange Cargo, du 12 mars au 6 avril

Le pendant des Inaccoutumées revient pour quitter l’hiver à la Ménagerie de Verre. C’est la délicieuse Caroline Breton qui ouvre le bal mardi soir avec Charles Chemin pour I HopeTout le programme est à voir ici.

Le Salon du Livre du 15 au 18 mars

Le grand rendez-vous des auteurs et des éditeurs se tient comme chaque année Porte de Versailles. Le livre s’y décline cette année sous toutes ses formes : jeunesse, polar… et audio bien sûr ! Tout le programme est ici !

La Foire de Chatou

La brocante la la plus célèbre de France s’installe pour la 98e année dans les rues de Chatou ( et c’est direct en RER A !) . Broches anciennes et jolis bibelots sont à chiner du 15 au 24 mars sur l’île des Impressionnistes. Toutes les informations pratiques sont ici

ElectroChic à l’Onde

Grosse affiche ! Jeudi 14 mars à 20H30 le batteur et le DJ se réunissent pour l’ouverture du festival ElectroChic à l’Onde.  Jeff Mills et Tony Allen fêteront la sortie de leur tout nouvel album Tomorrow Comes The Harvest.. Réservations et informations ici

 

 Le Duo Berlinskaïa Ancelle salle Gaveau 

Le duo de piano formé par Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle a sorti à l’automne le premier volume de son « 2 pianos originals project » chez Melodiya ( Voir notre interview). « Belle époque » propose un parcours à deux claviers dans la musique française, de Chaminade à Debussy, en passant par Hahn, l’alsacien Koechlin et Aubert avec une première mondiale.  Ils seront ce jeudi en concert Salle Gaveau.

La trilogie de la vengeance de Simon Stone aux Ateliers Berthier

Dès mercredi, le chouchou néerlandais du théâtre français reprend ses quartiers à l’Odéon Il questionne les figures féminines d’après John Ford, Thomas Middleton, William Shakespeare, Lope de Vega avec un plateau de rêve : Valeria Bruni Tedeschi, Éric Caravaca,S ervane Ducorps, Adèle Exarchopoulos, Eye Haïdara, Pauline Lorillard, Nathalie Richard et Alison Valence. Infos et réservations ici.

 

 

LA CHAUVE-SOURIS en collaboration avec Opéra National de Paris et LA MC93 Maison de la Culture de Seine St Denis : un hommage aux internés de Terezin.

Du 13 au 23 mars 2019. En 1944, dans le camp des déportés de Terezin là , où quelques-uns des meilleurs musiciens d’Europe se trouvèrent emprisonnés par les nazis, après La Flûte enchantée, Carmen, ou le Requiem de Verdi ou Brundibar célébre conte pour enfants, La Chauve-souris fut l’une des oeuvres qui fut représentées. Loin de leur avoir été imposée par leurs bourreaux, cette opérette en 3 actes a été voulue et portée par l’un des musiciens internés : Wolgang Lederer. Il réunit une distribution « digne d’une scène d’opéra des décors attrayants des costumes très colorés » (Joza Karas). S’inspirant de ce contexte de création, il s’agira de se ressaisir de la nécessité vitale, de l’ébriété salvatrice, de la puissance de sublimation qui animent cette musique, et de l’élan de résistance collective qu’elle a pu inspirer. « Quel fut l’art pour eux tous ? Une façon de tenir pleinement déployé l’éventail des sentiments, des idées, des sensations pour que la vie ne fut pas réduite à la seule dimension de l’horreur. » Milan Kundera. En décidant de monter La Chauve-souris de Johan Strauss, dans cet environnement concentrationnaire fait de désolation, de menaces permanentes et de mort, ces musiciens et ces chanteurs internés à Terezin défiaient résolument la tentative d’anéantissement dont ils étaient les victimes. Face à l’entreprise de mort des nazies qui programmait leur disparition, les artistes brandissaient l’ivresse, la joie, la sensualité. L’humour viennois si caractéristique qui irrigue de part en part le livret et la musique, devient, dans un tel contexte, à la fois corrosif, mordant, dénonciateur, et plus que jamais, élégance de l’esprit et politesse du désespoir. Dans le cadre de la célébration anniversaire de ces 350 ans, l’Opéra de Paris rend hommage aux internés à Terezin avec cette nouvelle production de La Chauve-souris de Johann Strauss, qui réunit l’ensemble des artistes en résidence. Une belle occasion de renouer ses liens avec la MC93, maison de la culture de Seine-Saint-Denis, qui avait accueilli auparavant plusieurs production de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Paris. Malgré la légèreté de ses mélodies et son intrigue burlesque, l’oeuvre de Strauss est imprégnée de la nostalgie pour un monde qui disparaît, caractéristique de la fin du XIXe siècle. S’inspirant de ce contexte, la metteuse en scène Célie Pauthe se saisit de l’ébriété salvatrice qui anime cette musique et de l’élan de résistance collective qu’elle a pu inspirée. A découvrir du 13 au 23 mars 2019. (Jean-Christophe Mary )

 

Visuel : ©Ménagerie de Verre

Une soirée de musiques kazakhs à la Salle Cortot
« Depuis Mediapart », dans les coulisses d’une rédaction pas comme les autres
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *