Actu
La revue de web de la semaine

La revue de web de la semaine

03 novembre 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Cette semaine,  la revue de web de Toutelaculture est dépassée. Vieux démons, sexisme et violence s’y côtoient sans crier gare.

Il est impossible de ne pas commencer par l’effroi qui nous a envahi à l’annonce du meurtre de Claude Verlon et Ghislaine Dupon, journalistes, envoyés spéciaux au Mali pour RFI. La radio est restée sans voix pour hommage et raconte ici tout son désarroi face à l’insupportable. 

Et pendant ce temps, la toile reste couverte de frivolités.  Le désormais maigre Karl Lagerfeld fait la chasse aux grosses. A ce jeu-là, il risque beaucoup, car les filles réunies en association, portent plainte. C’est à lire dans Le Nouvel Observateur.

Tout aussi méprisant est le milieu electro envers celles que l’on nomme avec un peu de bienveillance déplacée les « djettes ». Les inrocks ont mené l’enquête.

Les filles ce sont aussi les putes, dont les 343 salauds semblent vouloir disposer librement dans un mépris absolu de leur humanité. Prostituées, écrivains, journalistes, le tollé est général et ouvre dans la presse une réflexion sur le statut de la prostitution. A lire dans Le Monde.

Plus léger est le buzz suivant : vous vous souvenez d’Hélène et les garçons ? Dans les années 90, ils étaient hétéros et ne jouaient pas vraiment de la guitare. En 2013, ils couchent ensemble. Un surf sur le mariage pour tous un peu mal foutu ? Le plus nous en dit…plus.

On poursuit avec une seconde info gay. A Londres, un étudiant en art de 19 ans projette de perdre sa virginité lors d’une performance…. et c’est à lire chez Next de Liberation 

Et on termine par un sale cheveu sur la soupe. Une nouvelle d’autant plus glaçante qu’elle n’a rien de frais. L’express raconte comment à la fin de la guerre, Heinrich Müller, l’un des principaux instigateurs de la Shoah fut enterré dans un cimetière juif.  Le silence aura régné plus de 60 ans.

Visuels : captures d’écran

[Chronique] Avec « Swimmer », Discodeine tamise sa lumière
L’Art comme pont entre les différences à l’Hôtel de Ville
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *