Actu
La rappeuse afghane Sonita Alizadeh reçoit le prix Liberté

La rappeuse afghane Sonita Alizadeh reçoit le prix Liberté

05 mai 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

La rappeuse afghane de 25 ans réfugiée aux États-Unis Sonita Alizadeh, a reçu le prix Liberté pour sa défense des enfants et femmes de son pays. Elle étudie le droit afin de devenir avocate et lutte contre le mariage forcé.

Sonita Alizadeh est née en Afghanistan sous le régime des talibans. Elle aurait dû être mariée de force à neuf ans mais le mariage est annulé in extremis. Sa famille s’exile en Iran et la petite fille se retrouve dans un centre pour enfants réfugiés. Un jour, Sonita Alizadeh entend un rap d’Eminem et elle a un déclic. Rongée par l’injustice de sa vie, elle commence à écrire des chansons. Ses textes racontent son histoire et dénoncent le mariage forcé des jeunes femmes et enfants.

Sonita signifie « hirondelle »

La rappeuse porte bien son prénom qui signifie « hirondelle », Sonita Alizadeh semble libre comme un oiseau. Malgré l’interdiction pour les femmes de chanter en Iran, elle fait du porte-à-porte pour vendre ses textes. A 14 ans, elle rencontre la réalisatrice iranienne Rokhsare Ghaem Magham qui décide de tourner un documentaire sur elle. Mais pendant le tournage, elle est de nouveau promise en mariage pour 9 000 dollars. La réalisatrice offre 2 000 dollars à sa famille afin qu’elle puisse rester encore six mois à Téhéran.

Sonita Alizadeh en profite alors pour tourner le clip de Brides for Sale (qui signifie Mariées à vendre). Suite au phénomène, l’association StrongHeart (travaille sur l’impact des changements sociaux) lui permet de partir étudier aux États-Unis. Aujourd’hui, elle y apprend le droit pour devenir avocate et défendre les enfants et les femmes dans son pays. Elle a du pain sur la planche car selon l’ONU, 60 à 80% des Afghanes sont mariées de force.

Lauréate du prix Liberté

La nomination de Sonita Alizadeh a été proposée par des élèves des lycées Augustin-Fresnel et Charles-de-Gaulle de Caen et du lycée nantais Nelson-Mandela. Lauréate, elle recevra le Prix Liberté 2021, le 3 juin, à Caen. 5 683 jeunes de 15 à 25 ans issus de 86 pays ont voté en ligne pour primer Sonita Alizadeh. Elle recevra, avec ce prix, une récompense de 25 000 euros. Deux autres personnes étaient également nominées. La jeune militante pour la démocratie à Hong Kong, Agnes Chow et Omar Radi, journaliste marocain enquêtant sur la corruption. Aujourd’hui les deux sont en prison.

En 2017, la région Normandie, l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix et les autorités académiques de Normandie ont créé le prix Liberté. L’objectif est de sensibiliser les jeunes aux combats pour la liberté.

Visuel : Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0)

L’Afrique est l’avenir du monde : Carlos Lopes repense le développement du continent africain.
« La Grande Traversée » : Steven Soderbergh embarque Meryl Streep en croisière
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture