Actu
La petite société de production de films d’animation Prima Linea Productions doit fermer

La petite société de production de films d’animation Prima Linea Productions doit fermer

11 mars 2020 | PAR Zoé David Rigot

Bien que les films d’animation de Prima Linea Productions aient tous eu du succès, cette année a été difficile pour le studio dont la dernière production était La fameuse invasion des Ours en Sicile et se voit obligé de fermer.

Prima Linea Productions est la petite société de production française de films d’animation attachée à Prima Linea, agence graphique qui oeuvre depuis 1988 avec des illustrateurs, auteurs et graphistes de renommée internationale pour la création. Basé à Paris, le studio de production est créé en 1995 par Valérie Schermann et Christophe Jankovic et permet de produire les films directement, sans passer par un plus grand producteur.

En difficulté financière, le studio a pourtant marqué le monde de l’animation indépendante française, avec deux César du meilleur film d’animation. On se rappelle de Zarafa de Rémi Bezançon et Jean-Christophe Lie, qui raconte avec tendresse la grande amitié entre Maki, un garçon de 10 ans, et une giraffe, Zarafa. C’est un périple plein d’aventures, du Soudan à Paris, en passant entre autres par Alexandrie, les Alpes enneigées, et Marseille qui obtient le César du meilleur film d’animation en 2013. En 2014, c’est une autre aventure pleine d’amitié, cette fois celle de la recherche de la mère de Loulou qui obtient le César. Il s’agit de Loulou, l’incroyable secret, réalisé par Éric Omond et Grégoire Solotareff.

Prima Linea Productions coproduit aussi La tortue rouge, un très beau film sur les grandes étapes de la vie d’un être humain, à travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues. Ce long-métrage animé de Michael Dudok de Wit est lauréat du prix spécial Un Certain Regard au Festival de Cannes 2016.

On se rappelle aussi du magnifique film U, la petite licorne, dans lequel U aide Mona, petite fille désespérée et maltraitée par ses parents adoptifs. Ensemble, elles apprennent à grandir, et rencontre une bande de musiciens loufoques qui habitent la forêt. L’un d’eux se prénomme Kulka (c’est Sanseverino), un chat malicieux et taquin dont Mona tombe amoureuse. Par ses dessins délicats et toute sa tendresse, ce film est un chef d’oeuvre pour les plus petits, et les adultes ne peuvent retenir une larme attendrie.

Le dernier long-métrage de Prima Linea Productions, La fameuse invasion des Ours en Sicile, a eu du succès et reçoit le César du Meilleur film d’animation 2020 – mais les temps sont durs pour ces sociétés de productions indépendantes, pour qui les entrées en salles sont très importantes pour son économie. La Fameuse Invasion des ours en Sicile a réalisé 175.876 entrées sur le territoire français en trois semaines, alors que J’ai perdu mon corps (lauréat du César et nommé aux Oscars) a fait 130.559 entrées et qu’En Avant, le dernier né Disney-Pixar a attiré 487.975 spectateurs en une petite semaine. Le public semble donc plus attiré par les grandes productions, qui prennent moins de risques mais sont aussi mieux distribuées…  Comme le souligne Valérie Schermann, les films d’animation indépendants doivent se faire avec de moins en moins de temps et d’argent – alors que c’est un investissement sur le long terme : il faut mobiliser une équipe plusieurs mois, voire plusieurs année pour réaliser un film d’animation de qualité. Cependant, seuls France 3 et Arte investissent dans le cinéma d’animation français. Ainsi, de plus en plus de studios se voient obligés de coopérer avec d’autres pays pour créer un film. Le CNC, lui aussi, fournit des financements (La fameuse invasion des Ours en Sicile n’aurait pas pu être produit sans lui), mais parfois ces aides ne sont pas suffisantes. Pour avoir une belle qualité et toute leur originalité tant appréciée, les films d’animation indépendants ont besoin de plus de temps et donc de plus d’investissements.

 

 

En 2015, Prima Linea Production a dissocié son studio d’animation de la production pour devenir 3.0 Studio. Le studio d’animation a travaillé sur tous les projets de Prima Linea Production et ne fermera pas ses portes. Grâce à son expérience, son savoir-faire et sa notoriété, il peut continuer à travailler sur d’autres projets d’animation, mais ne pourra plus produire ses propres films. Basé à Angoulême, le studio travaille actuellement sur une séquence 2D pour le prochain film de Wes Anderson, The French Dispatch, et se prépare aussi à travailler sur le prochain film de Michel Hazanavicius (Le Prince oublié, The artist, OSS 117).

 

Visuel : affiche du film La fameuse invasion des Ours en Sicile.

Temples au Sommet de son Art
Emportée par la poésie, la figure de Tina Jolas par sa fille
Zoé David Rigot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *