Actu
La justice suspend la réouverture des quatre musées municipaux de Perpignan

La justice suspend la réouverture des quatre musées municipaux de Perpignan

16 février 2021 | PAR Salome Helgoule Vallot

La justice, qui avait été saisie par la préfet des Pyrénées-Orientales le 8 février après que le maire de Perpignan, Louis Alot (Rassemblement National) a décidé de rouvrir quatre musées municipaux malgré l’interdiction gouvernementale, a déclaré la suspension de ces réouvertures le lundi 15 février. 

Louis Aliot avait pris le 8 février dernier des arrêtés, bien évidemment illégaux au regard du décret gouvernemental du 29 octobre 2020, permettant la réouverture de quatre musées de Perpignan. « Ce n’est pas un risque, bien au contraire, c’est un signe d’espoir, envoyé à tous ceux qui tentent aujourd’hui de maintenir un semblant de vie sociale et culturelle » avait-il déclaré, comme le rapporte Le Monde.

Cette décision a été saluée par nombre de ses confrères du Rassemblement National et a même inspiré au-delà de l’extrême droite : Mardi 13 février, c’était au tour du maire d’Issoudun, André Laignel (PS), de prendre un arrêté dans ce sens et de rouvrir une partie du musée de l’Hospice Saint-Roch. Il a par ailleurs précisé qu’il souhaitait se désolidariser du maire RN de Perpignan : « Lui est arrivé avec toute une cohorte de gens et a ouvert l’ensemble. Non, nous ne faisons pas ça. Nous le faisons avec finesse, c’est-à-dire dans le respect des règles de la République ».

Le tribunal administratif a déclaré, ce lundi 15 février, la fermeture des quatre musées, le maire de Perpignan n’étant pas légitime de procéder lui-même à la réouverture de lieux culturels. Louis Aliot a justifié sa décision en soulignant que la région Occitanie ne faisait pas partie « des régions les plus contaminées » et a assuré que « les autorités locales, et singulièrement la mairie de Perpignan, sont à même d’évaluer ce qui est dangereux et ce qui ne l’est pas ». Pour Louis Aliot cette réouverture était une réponse logique aux appels à l’aide lancés depuis plusieurs semaines par les acteurs du secteur culturel ; il a donc condamné cette décision « qui éloignera encore un temps nos concitoyens durement éprouvés par cette crise sanitaire » sur Twitter.

Dans une intervention sur le plateau de Télématin le 10 février, la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a réprouvé la décision prise par le maire de Perpignan : « C’est tout de même curieux que le maire ne respecte pas les lois de la République et ne s’applique pas les règles à lui-même ». Interrogée sur la date de réouverture des lieux culturels, elle a réitéré sa dernière déclaration et rappelé qu’il était impossible de prendre une décision pour le moment. 

Crédits visuels : Laetitia Larralde 

L’agenda classique et lyrique de la semaine du 16 février
Les lauréats de la dotation impact de la Fondation du Patrimoine
Salome Helgoule Vallot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture