Actu
La galeriste, collectionneuse et mécène lausannoise Alice Pauli est décédée dans la nuit de jeudi à vendredi

La galeriste, collectionneuse et mécène lausannoise Alice Pauli est décédée dans la nuit de jeudi à vendredi

19 juillet 2022 | PAR Cloe Bouquet

Elle venait de fêter ses 100 ans le 13 janvier. La galeriste, grande figure de l’art contemporain en Suisse, laisse derrière elle un héritage riche et passionné.

Histoire

« La notion de partage est importante, nous ne faisons que passer », disait-elle. Cette grande dame a en effet consacré sa vie à soutenir les artistes. « Luce e ombra » est sans doute le nom de l’oeuvre la plus connue qu’Alice Pauli ait offerte au nouveau Musée cantonal des beaux-arts, pour son hall, en 2019. Il s’agit d’un arbre de bronze, d’or et de granit de l’Italien Giuseppe Penone.

Le nom d’Alice Pauli est aussi intimement lié à ceux, par exemple, d’Anselm Fiefer, de Pierre Soulages. Ses dons au MCBA en 2017, rappelait Pascal Broulis, « représentent le budget de quinze ans d’acquisition pour l’institution. »

Née en 1922 à Moutier dans une famille modeste, elle fut d’abord secrétaire, puis travailla dans une maison d’horlogerie, où son intelligence se fit remarquer. C’est au travers de la passion de son mari pour l’art lissier, Pierre Pauli, qu’elle s’intéresse à l’art et acquiert sa première oeuvre en 1954, une tapisserie de l’artiste français Jean Lurçat. A l’occasion de voyages professionnels, notamment aux Etat-Unis, elle visite des musées et se familiarise avec l’art.

Elle crée ensuite en 1962 sa galerie avenue Rumine puis au Flon et y travaille dès neuf heures du matin jusqu’à tard le soir, en travailleuse acharnée, pendant que son mari lance les Biennales internationales de la tapisserie à Lausanne. 

En 1971, Alice Pauli participe à Art Basel, imposant sa galerie au plan international. La France la fait Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres en 1989 et en 2010, la Ville de Lausanne lui décerne sa médaille d’or. Elle reçoit enfin le prix culturel Leenards en 2012, la fondation récompensant « une grande dame (…) curieuse, tenace et passionnée. »

Hommages et témoignages

Dans un article de 24 heures, des personnalités de la scène artistique romande lui rendent hommage. Dans leur texte sont soulignés son courage, sa ténacité, sa générosité, sa passion et sa fidélité aux artistes.

Le Musée cantonal écrit ainsi dans son communiqué sur Instagram (@mcbalausanne) : « La grande collectionneuse et galeriste de renom international dont nous avions fêté les cent ans au début de l’année nous avait presque laissé croire que, comme l’art qu’elle a défendu avec tant de passion, elle serait éternelle. (…) Nous regretterons la femme d’exception, la pionnière dans sa génération, et celle qui a voulu, plus que tout, agir concrètement pour partager ses émotions artistiques avec le public. »

 

Visuel : Alice Pauli © Erling Mandelmann

Alain Frachon décrit «Un autre monde» et craint le retour de «l’ère des dictateurs»
Avignon OFF : « Insuline et Magnolia », l’amour de la poésie
Cloe Bouquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture