Actu
Invader, du street art au space art

Invader, du street art au space art

12 mars 2015 | PAR Simon Théodore

Jeudi 12 mars 2015, une nouvelle forme artistique est née : le space art. Une mosaïque, du célèbre artiste français Invader, a été posée sur la station ISS. Nommé Space 2, cette oeuvre pionnière redéfinit les terrains de jeu des créateurs.

Peu de gens connaissent son visage. Il est français, quarantenaire et ses rares apparitions se font caché derrière un masque. Néanmoins, cet artiste urbain est reconnu mondialement. De Los Angeles à Hong Kong en passant par Paris et Londres, il arpente les plus grandes agglomérations en essaimant son oeuvre au détour de ruelles. Sa création originale : une figure pixelisée mi-visage, mi-vaisseau. La terre ne lui suffisait plus, il a désormais conquis l’espace.

En août 2012, l’artiste français avait déjà envoyé dans la stratosphère, une mosaïque nommée Space 1, grâce à un ballon météorologique rempli d’hélium. Petite soeur de ce projet, Space 2 repousse les limites de l’art encore plus haut. Cette nouvelle mosaïque a décollé, le 29 juillet 2014, à bord du vaisseau spatial européen ATV-5 vers la station spatiale internationale ISS. Après plusieurs mois de voyage galactique, elle est enfin réceptionnée par l’astronaute italienne Samantha Cristoforetti. Space 2 est finalement accrochée de façon définitive à bord du module « Colombus » et devient, à cette occasion, la première oeuvre exposée dans l’espace.

Fruit d’une collaboration entre l’artiste français et l’ESA (Agence Spatiale Européenne), cette initiative a permis à Space 2 de retourner dans son ciel natal. Peut -être, qu’à l’image du jeu dont l’artiste s’est inspiré pour créer ces mosaïques, ces space invaders permettront de prévenir l’arrivée d’extraterrestres…

Visuel : (c) Kos

« Tokyo Ghoul » Tome 10 : La tourmente de Ken
Gagnez 4 exemplaires dédicacés de« Feathers », le dernier album de Thomas Enhco
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *