Actu
France 2 : « On n’est pas couché » bientôt mise sur la touche ?

France 2 : « On n’est pas couché » bientôt mise sur la touche ?

25 février 2020 | PAR Hortense Milléquant

ONPC, diffusée depuis septembre 2006, serait menacée d’extinction après avoir occupé l’antenne durant quatorze saisons.

 

De mauvaises audiences

Samedi dernier, Le Parisien a révélé que France 2 envisage de ne pas reconduire On n’est pas couché à la rentrée, faute d’audience. La saison en cours étant suivie par un peu plus de 800 000 téléspectateurs en moyenne, on n’est loin, même très loin du score réalisé en 2010-2011, lors de la dernière année des deux Éric. À l’époque de Zemmour et Naulleau, le programme rassemble alors 1,8 million de téléspectateurs, en moyenne.
Depuis 2015-2016, l’émission est passée en dessous de la barre symbolique des 1,5 million de téléspectateurs.
Cette année, le bilan semble mitigé car samedi 23 février, ONPC est arrivée en tête des audiences au détriment de The Voice la suite, battue par France 2 pour la première fois de sa saison 9. Le programme présenté par Laurent Ruquier a ainsi séduit, la semaine dernière, une moyenne de 759 000 téléspectateurs, soit 15,5% de part de marché. Mais c’est également cette saison qu’il a atteint sa plus mauvaise performance historique, le samedi 15 février : 673 000 téléspectateurs réunis devant la télé, soit seulement 11,4% de l’ensemble du public.

 

Une nouvelle formule pas très convaincante

La nouvelle formule, inaugurée à la rentrée, où les duos de chroniqueurs attitrés laissent leur place à un tandem inédit de témoins de l’actualité chaque semaine, n’a pas inversé la tendance.
En 2019, Éric Naulleau avoue rester dubitatif devant la nouvelle version, pour lui, l’absence d’un binôme récurrent retire un atout à l’émission : « l’un des plaisirs des téléspectateurs est de retrouver des têtes familières dans l’émission qu’ils suivent, soit parce qu’ils les apprécient, soit parce qu’ils aiment les détester. »

Mais la présence d’un duo de polémistes est également un obstacle à la venue de certaines personnalités qui craignent de passer sous le feu des snipers de l’émission à l’instar de Jean-Pierre Foucault, Catherine Deneuve ou bien Patrick Sébastien. Nicolas Bedos explique ainsi en octobre 2015 avoir des amis « qui ne veulent pas y aller. (…) Cette émission fait peur aux artistes, c’est l’une de ses limites ».

Un concurrent de l’émission déclare au Parisien que c’est plutôt l’absence de direct ou de quasi-direct qui nuit au programme : « L’actualité s’est sensiblement accélérée. Et c’est compliqué pour ONPC d’être enregistré le jeudi soir, 48 heures avant sa diffusion. Quand Benjamin Griveaux démissionne un vendredi matin, ils sont cuits, car ils ne peuvent pas être en direct ».

 

Un public vieillissant

Le Parisien souligne également la désaffection des jeunes pour ce programme. Lors de son lancement en 2006, l’âge moyen des téléspectateurs est de 51,5 ans, il est passé à 57 ans entre 2014 et 2016. Et actuellement, il est à un peu plus de 59 ans depuis le début de l’année 2020. Il paraît logique que le public vieillisse en même temps que l’émission, et encore en l’espace de quatorze ans, l’âge moyen n’a augmenté que d’environ sept ans. Le programme n’a simplement pas su fidéliser une population plus jeune, qui de toute façon n’est plus autant attirée par la télévision que les précédentes générations.
En 2019, les chiffres de Médiamétrie affirment que « la durée d’écoute des 15-34 ans a reculé de près de 45 minutes par rapport à 2013 ». Certains ont pointé un mauvais calcul pour cette étude car, à l’heure des nouvelles technologies, ils trouveraient plus pertinents d’inclure le temps passé sur chacun des quatre écrans (téléviseur, ordinateur, mobile, tablette) à la disposition du consommateur, mais l’étude en question se borne à enregistrer l’audience TV. Florence Le Borgne, responsable médias de la société d’études Idate explique que « la moyenne d’âge du téléspectateur français est de 50,7 ans contre 40,7 ans pour la moyenne de la population. Mais cet écart de dix ans existait déjà en 2012, le média TV vieillit comme la société française. ». Et il peine à régénérer son public comme Laurent Ruquier pour son émission ONPC ...
« La statistique est la première des sciences inexactes » selon les frères Goncourt, les chiffres sont alors à prendre avec circonspection même si l’on ne peut pas nier que, globalement, les jeunes boudent la télévision au profit des autres médias.

Quid de France 2 ?

Le patron des programmes de l’ensemble du groupe France Télévisions, Takis Candilis assure dans les colonnes du Parisien : « nous ne sommes qu’en février, il est beaucoup trop tôt pour parler de la rentrée car rien n’est définitivement fixé, mais une chose est sûre : Laurent Ruquier sera présent en septembre sur nos antennes, avec ONPC ou autre chose ».
Quant au principal intéressé, son entourage certifie que « Laurent n’a pas encore pris sa décision » et il confie à 20 Minutes : « Je laisse dire et écrire. Tout va bien ».

 

Visuel : © Logo ONPC

Les Planches de l’ICART célèbrent leur 3è édition !
Vienna Portait d’une ville : une promenade à travers les splendeurs de la capitale autrichienne et son incroyable histoire.
Hortense Milléquant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *